Claude Grimal | Chronique Suspense.
Pour les romans de Lehane, Vargas, Valesi et Persson
What is life? An illusion, a shadow, a story. © CC BY 2.0 / Sundaram Ramaswamy/ Flickr

Vieux de la vieille

Pour la livraison estivale de sa chronique « Suspense », Claude Grimal nous propose quatre lectures de romanciers qui n’ont plus leurs preuves à faire. A chacun selon son goût, ses lieux, son ambiance, son genre de polar : le bostonien Dennis Lehane, Fred Vargas et son commissaire fétiche Adamsberg, le Parme de Valerio Valesi ou le Stockholm de Leif GW Persson.

Suspense (50) : quatre policiers venus d'Italie
© D. R.

Italia noirissima

Pour son cinquantième épisode, notre chronique célèbre l’Italie, qui possède de nombreux et très bons auteurs de romans policiers, comme Giancarlo De Cataldo, Maurizio De Giovanni, Carlo Lucarelli et Alessandro Robecchi.
Le quartier du commissariat de Holon, en banlieue de Tel Aviv
Le quartier du commissariat de Holon, en banlieue de Tel Aviv © CC3.0./M. Z. Wojalski/WikiCommons

Le bébé et l’agent du Mossad

Avraham Avraham, le héros de Dror Mishani, est à présent commissaire et rêve d’affaires intéressantes. Or un touriste suisse disparaît, puis est retrouvé noyé. Sauf qu’il n’est ni suisse, ni touriste, mais agent du Mossad.
Photo de l'écrivain John Banville
John Banville © Douglas Banville

Meurtre dans un manoir irlandais

Irlande, 1957 : l’inspecteur St John Strafford enquête sur la mort d’un prêtre, assassiné dans la bibliothèque du manoir de l’étrange famille Osborne. On n’est pas dans un roman d’Agatha Christie, mais chez John Banville, célèbre romancier irlandais qui signe un bon policier.

La figurine d'un ouvrier casse les circuits intégrés d'une carte informatique
« Hacker » © CC2.0/The Preiser Project

Au bal du Web

Une journaliste enquête sur la mort d’un animateur d’émissions pour enfants. Les réseaux sociaux se déchaînent contre elle. Le livre un brin ironique de Jakub Szamałek offre de l’aventure et de bonnes virées dans le domaine des technologies informatiques.

Illustration de couverture de "La Main de Dieu", de Valerio Varesi
Illustration de couverture de « La main de Dieu » de Valerio Varesi © Agullo

Énigme dans les Apennins

Un cadavre a été retrouvé à moitié immergé dans la boue sous un des plus vieux ponts de Parme. Le commissaire Soneri, héros mélancolique des romans policiers de Valerio Varesi, part enquêter loin en amont, dans les neiges et les montagnes des Apennins.

Illustration de couverture de "Froid comme l'enfer" de Lilja Sigurðardóttir
Illustration de couverture de « Froid comme l’enfer » de Lilja Sigurðardóttir © Métailié

Cap au Nord

Créé par Jørn Lier Horst, l’inspecteur norvégien Wisting se penche sur une « affaire non résolue », tandis que l’Islandaise Lilja Sigurðardóttir lance une enquêtrice financière sur la piste de sa sœur disparue.

Suspense (44) : Hughes Pagan et Jean-Bernard Pouy
Jean-Bernard Pouy © F. Mantovani/ Gallimard

Du côté de chez nous

L’un « fait » dans le tragique impavide, l’autre dans l’acidité joyeuse et anarchique : Hughes Pagan et Jean-Bernard Pouy, deux auteurs français de polars qui n’ont rien en commun, ont sorti chacun un nouvel opus.

Illustration de couverture de "Garde le silence", de Susie Steiner
Illustration de couverture de « Garde le silence », de Susie Steiner © Les Arènes

Une quadragénaire, un Indien et un sourd

Manon Bradshaw enquête sur la mort d’un travailleur immigré lituanien, le serveur indien Kamil reprend à Londres une carrière d’enquêteur stoppée à Calcutta, le sourd Caleb Zelic cherche à résoudre des crimes en Australie : des enquêteurs à part créés par les écrivains Susie Steiner, Ajay Chowdhury et Emma Viskic.

Illustration de couverture de "Hangsaman", de Shirley Jackson
Illustration de couverture de « Hangsaman », de Shirley Jackson © Rivages

Les affres du psychologisme noir

Shirley Jackson (1916-1965), auteur de six romans et d’une centaine de nouvelles, est une romancière « gothique » très connue aux États-Unis. Son deuxième roman, Hangsaman, est aujourd’hui traduit en français.

Portrait deThomas Mullen
Thomas Mullen © Jeff Roffman

À l’ouest et au sud des États-Unis

Le système de Ryan Gattis se déroule à Los Angeles, aux lendemains des émeutes de 1992, et décrypte le fonctionnement de la justice américaine ; le nouveau roman de Thomas Mullen nous plonge dans l’Atlanta des années 1950, et présente le travail de la première unité de policiers noirs de la ville.

Des hommes discutant à l'entrée d'un vieux palais en Sicile
En Sicile (2000) © Jean-Luc Bertini

À la sicilienne ou à la grecque

Les vacances se sont achevées et la Méditerranée vous manque ? La vingt-sixième livraison des aventures du commissaire Salvo Montalbano créé par Andrea Camilleri, nous promène en Sicile, tandis que le commissaire Kostas Charitos revient pour la douzième fois dans Mort aux hypocrites de Petros Markaris, qui éclaire une crise grecque loin d’être terminée.

Illustration de couverture de "Séquences mortelles" de Michael Connelly
Illustration de couverture de « Séquences mortelles » de Michael Connelly © Calmann-Lévy

Crimes pour de vrai, crimes pour rire

Notre chronique des romans policiers examine cinq livres de Paul Nirvanas, Jerry Pinto, Michael Connelly, Jørn Lier Horst et Franz Bartelt.
Portrait de Wojciech Chmielarz
Wojciech Chmielarz © Wojtek Rudzki

Cousines et rois dans le domaine du noir 

Dolores Redondo propose un thriller sur fond de catastrophes climatiques en Louisiane, Wojciech Chmielarz démontre sa maîtrise du genre avec les dernières aventures de l’inspecteur varsovien Mortka. Deux nouveaux prétendants au titre de roi et reine du suspense ?

Illustration de couverture de 'Agent hostile", de Mick Herron
Illustration de couverture de « Agent hostile », de Mick Herron © Actes Sud

Lisons, relisons du noir

Cinq policiers au programme de la chronique Suspense menée par Claude Grimal : ils sont signés d’auteurs classiques du polar, comme W. H. Burnett, le duo suédois Maj Sjöwall et Per Wahlöö, ou Elmore Leonard, et de deux contemporains, Mick Herron et Carlo Lucarelli.

Contribuez à l’indépendance de notre espace critique
Portrait photo de Philip Kerr
Philip Kerr © Ulf Andersen

Deux chers disparus

Metropolis de Philip Kerr se déroule dans la capitale prussienne au début du XXe siècle, Le manège des erreurs d’Andrea Camilleri dans la Sicile contemporaine. Les enquêteurs fétiches des deux écrivains, décédés respectivement en 2018 et en 2019, sont aux commandes.

Illustration de couverture de "La Cité des rêves", de Wojciech Chmielarz
Illustration de « La Cité des rêves », de Wojciech Chmielarz © Agullo

Entre Paris et Varsovie

Deux lectures distrayantes, entre Varsovie et Paris : La cité des rêves de Wojciech Chmielarz et Richesse oblige de Hannelore Cayre
Portrait de Valerio Varesi,
Valerio Varesi © Andrea Bernardi

Mélancolie ou loufoquerie

Que lire, côté polar, en période de confusion internationale et sanitaire ? Or, encens et poussière de Valerio Varesi plonge son lecteur dans les brouillards hivernaux de la province de Parme, quand L’emprise du chat de Sophie Chabanel dissipe les possibles brumes de cerveau grâce à son sympathique duo d’enquêteurs lillois.

Portrait photo de Parker Bilal
Parker Bilal © Aisha Seeberg

De Londres à Reykjavik

Pour la première fois, trois écrivains déjà chroniqués, Eva Dolan, Arnaldur Idridason et Parker Bilal, font leur retour dans Suspense.
Portrait photo de Michael Connelly
Michael Connelly © Terrill Lee Lankford

Du côté des vieux de la vieille

Si Michael Connelly et Deon Meyer se reprennent en main avec des histoires policières fort lisibles, James Lee Burke et Jonathan Kellerman poursuivent leur mauvais pilotage automatique.
Portrait photo de Carlos Zanón
Carlos Zanón © Maryan Harrington

Barcelone revisitée

Grâce à Carlos Zanón, le plus célèbre des privés espagnols, Pepe Carvalho, revient parmi nous dix-sept ans après le décès de Manuel Vásquez Montalbán, inventeur du « polar méditerranéen ».

Un homme allongé tout habillé sur le lit d'une chambre d'hôtel
© Jean-Luc Bertini

Le premier polar de la quarantaine

L’Italien Antonio Manzini, connu pour la série consacrée au policier Rocco Schiavone, offre à ses lecteurs la première enquête policière se déroulant en quarantaine. Classique huis clos, L’amour au temps du Covid-19 est un texte bref, divertissant, à télécharger gratuitement.

Fresque sur un immeuble à Tel-Aviv
Tel-Aviv (février 2020) © Maud Roditi

Dror Mishani bifurque

Dror Mishani abandonne momentanément les enquêtes de son sympathique inspecteur Avraham Avraham, pour se tourner vers le thriller psychologique.
Betty P. Gatliff travaille à la reconstruction faciale de l'une des neuf victimes non identifiées du tueur en série John W. Gacy JR (juillet 1980). © AP/CEK
Betty P. Gatliff travaille à la reconstruction faciale de l’une des neuf victimes non identifiées du tueur en série John W. Gacy JR (juillet 1980). ©AP/CEK

Actualités du crime

Val McDermid explore les différents domaines de la « science forensique » dans Scènes de crime, un ouvrage vif et bien documenté.
Portrait photo de Mike Nicol
Mike Nicol © Francesca Mantovani

Surfeurs et services secrets

Dans L’agence, le Sud-Africain Mike Nicol prend pour thème la violence des élites de la « nation arc-en-ciel » et de ses services de renseignements.
Portrait photo de Joe Nesbø
Jo Nesbo (2019) © Stian Broch

Harry Hole au fond du trou

L’inspecteur Harry Hole est de retour pour la douzième fois. Si Le couteau divertit, le personnage iconique créé par Jo Nesbø n’est pas au sommet de sa forme.
Portrait photo de Santiago Gamboa
Santiago Gamboa © Francesco Gattoni

Noirceurs colombiennes et nicaraguayennes

Deux visites en Amérique hispanophone par voie de polar : l’une en Colombie, avec Santiago Gamboa, est fortement recommandée. L’autre au Nicaragua, pour laquelle Sergio Ramirez sert de guide, convainc moins.
Illustration de couverture de "La Mort du khazar rouge", de Shlomo Sand
Illustration de couverture de « La mort du khazar rouge », de Shlomo Sand © Le Seuil

De l’Histoire au polar

L’historien Shlomo Sand, auteur de Comment le peuple juif fut inventé, se met au polar et déconstruit à nouveau de manière efficace le mythe sioniste.
Vue sur les toits de vieux immeubles à La Havane
La Havane © Antonio Schubert

Leonardo Padura : La Habana me llama

La transparence du temps, neuvième épisode de la série que Leonardo Padura consacre à Mario Conde, exprime les contradictions d’un pays écrasé : Cuba.
Dov Alfon, Unité 8200
Dov Alfon © Assaf Matarasso

Et pendant ce temps, à Paris…

Le premier roman de Dov Alfon, Unité 8200, thriller d’espionnage, a de quoi réjouir les amateurs de bons divertissements. Bien informé, délicieusement malin et mené prestissimo, il a tout pour séduire.

Portrait photo d'Arnaldur Indridasson
Arnaldur Indridasson © Philippe Matsas

Policier des glaces

Voici le nouveau best-seller de l’Islandais Arnaldur Indridason, qui s’inscrit dans la tradition des polars nordiques des années 1960, explorant la question du crime dans les social-démocraties protectrices et prospères.

Illustration de couverture de "Le président a disparu", de Bill Clinton et James Paterson
Illustration de couverture de « Le président a disparu », de Bill Clinton et James Paterson © J.-C. Lattès

Un dirigeant parfait

Bill Clinton a écrit un polar du point de vue de « l’homme le plus puissant du monde ». Ce livre décevant permet néanmoins de penser comment le président des États-Unis est devenu un personnage de fiction, et les conséquences politiques de ce changement de statut.

Motel "de la frontière", à Calexico, Californie
Motel « de la frontière », à Calexico, Californie © D. R.

Courses-poursuites sur trois continents

Avec Trafiquants & Associés, le grand reporter Sebastian Rotella superpose à la question du trafic de clandestins celle des agissements criminels de grands groupes financiers américains pour inventer un récit d’action et d’aventures à la fois très bien informé et très virtuose.

Canon pointé par le créneau d'une muraille
© J.-C. Bruneau

Écossais noir

À Edimbourg, l’inspecteur retraité John Rebus, héros récurrent d’Ian Rankin, se laisse tenter par la résolution d’une affaire criminelle. On y retrouve la patte du polar écossais : intrigues compliquées et préoccupations sociales.
Contribuez à l’indépendance de notre espace critique
Illustration de couverture de "Offshore", de Petros Markaris
Illustration de couverture de« Offshore », de Petros Markaris © Le Seuil

Trois assassinats

Rideaux de fer partout baissés sur des boutiques à louer ou à vendre, graffiti couvrant les murs, poubelles non ramassées, embouteillages monstre, manifestations permanentes… telle est l’Athènes dont parle Petros Markaris dans ses romans policiers.
Portrait photo d'Eva Dolan
Eva Dolan © Mark Vessey

Meurtre dans un abri de jardin anglais

Un soir, dans un pub, Eva Dolan a entendu deux hommes parler des étrangers illégaux qu’ils employaient dans leurs entreprises. « La brutalité » des pratiques « managériales » qu’ils décrivaient et considéraient comme normales l’a traumatisée. Le souvenir de cette conversation l’a poussée à écrire Les chemins de la haine, son premier roman policier.

Illustration de couverture de "Les Lions sont morts", de Mick Herron
Illustration de couverture de « Les lions sont morts », de Mick Herron © Actes Sud

D’irrésistibles espions

Mick Herron possède dans le domaine de ce qu’on appellera, faute de mieux, le roman d’espionnage, une des plumes britanniques les plus talentueuses de la décennie, comme en témoigne son nouvel opus, Les lions sont morts.

Visage de femme japonaise à travers un verre dépoli
© D. R.

Les questions du commissaire Mikami

Six-quatre, de Hideo Yokoyama est en grande partie un roman d’enquête sur les dissimulations et diktats du monde du travail, une peinture, vue par les yeux d’un protagoniste intègre, du conflit entre le désir de faire ce qui est juste et le devoir d’obéir à l’autorité.

Portrait photo de Fred Vargas
Fred Vargas © Astrid di Crollalanza

Conte meurtrier avec arachnide

Le commissaire Adamsberg, se penche une nouvelle fois dans Quand sort la recluse, de Fred Vargas, sur de bizarres énigmes : le décès dans la région languedocienne de vieux messieurs mordus par une araignée dont le venin n’est pourtant jamais fatal.

Un chantier de construction au Caire
Le Caire © Jean-Luc Bertini

Enquêtes en Égypte

Parker Bilal, pseudonyme de l’auteur anglo-soudanais Jamal Mahjoub, nous permet dans ses romans policiers de nous aventurer dans la chaleur poussiéreuse et le désordre égyptiens.
Photographies anthropométriques jamais publiées de Serge Gainsbourg réalisées à sa demande au 36 quai des Orfèvres, un soir de virée avec ses copains flics, en mai 1987
Photographies anthropométriques jamais publiées de Serge Gainsbourg réalisées à sa demande au 36 quai des Orfèvres, un soir de virée avec ses copains flics, en mai 1987 © D.R.

Derniers feux au 36 quai des Orfèvres

Le 36 : histoire de poulets, d’indics et de tueurs en série de Patricia Tourancheau est un livre sur le quai des Orfèvres, qui déménage cette année pour se transporter aux Batignolles.
Portrait photo de Carlo Lucarelli
Carlo Lucarelli © Philippe Matsas

Partie de Cluedo en Érythrée

Une quinzaine d’années après la trilogie du commissaire De Luca, Carlo Lucarelli scrute toujours l’histoire italienne, en se penchant sur le désastre érythréen dans Albergo Italia.

Portrait photo de Dror Mishani
Dror Mishani © Yanai Yechiel

Avraham Avraham, l’homme qui doute

Les romans policiers de Dror Mishani, autant que des enquêtes bien ficelées, sont une bonne introduction à la vie de la petite bourgeoisie israélienne et une plongée dans une atmosphère psychologique en demi-teinte.
Portrait photo de Peter May
Peter May © Hacquard et Loison

Polar de tempête

Peter May, né à Glasgow, a été journaliste, créateur de séries télévisées, et est aujourd’hui célèbre dans le domaine du roman noir pour une trilogie écossaise qui se déroule sur Lewis, une île septentrionale des Hébrides extérieures.
Portrait photo de Dashiell Hammett
Dashiell Hammett © D.R. (Paris Review)

L’homme qui prenait le roman policier au sérieux

« Je suis l’une des rares personnes… à peu près éduquée qui prend le roman policier au sérieux. Je ne veux pas dire les miens ou ceux des autres – mais la forme elle-même. Un jour quelqu’un réussira à en faire de la vraie littérature… et je suis assez égoïste pour espérer que ce sera moi », disait Dashiell Hammett.
Portrait photo de Mimmo Gangemi
Mimmo Gangemi © Adriana Sapone

Opera seria et buffa pour ‘ndrangheta

Dans Le Pacte du petit juge de Mimmo Gangemi, lecture réjouissante sur la ‘ndrangheta, le juge Roberto Lenzi et le mafieux Don Mico Rota tente chacun d’être un chat et de transformer l’autre en souris .
Portrait photo de Ross McDonald
Ross Mcdonald © Gallmeister

Lew Archer, le détective réticent

Ross Macdonald a changé la nature des motifs criminels ; chez lui ils ont presque toujours pour origine une faillite parentale, sur fond de tourments très anciens qui viennent sans relâche hanter le présent.
Humphrey Bogart en Philip Marlowe dans Le grand sommeil, de Howard Hawks (1946)
Humphrey Bogart en Philip Marlowe dans « Le grand sommeil », de Howard Hawks (1946), d’après Raymond Chandler

Le détective privé : réalités et légendes

The Legendary Detective se donne pour but d’analyser l’histoire des privés et de leurs agences, et tente de comprendre comment la culture du XXe siècle est parvenue à créer un de ses mythes les plus puissants à partir d’une réalité ennuyeuse, très souvent illégale ou criminelle.
L’écrivain américain James Lee Burke debout à côté de son cheval
L’écrivain américain James Lee Burke, créateur de l’inspecteur Dave Robicheaux © James McDavid

Dave Robicheaux est fatigué

Dave Robicheaux, inspecteur de la brigade criminelle de La Nouvelle-Orléans, détective privé, puis shérif adjoint dans la ville d’Iberia est apparu il y a environ vingt-cinq ans dans La Pluie de néon de James Lee Burke. Il revient ici pour la vingtième fois dans Lumière du monde.
Portrait photo d'Arnaldur Indridasson
Arnaldur Indridasson © Daniel Mordzinski

Erlendur mène l’enquête

Le commissaire Erlendur mène deux enquêtes dans le dernier roman de l’Islandais Arnaldur Indridason, tandis qu’un groupe de terroristes s’empare d’un palace de Lahore dans le thriller de l’Indienne Sunny Singh.
Claude Grimal | Chronique Suspense.