Littérature française

Annie Ernaux : un engagement qui dérange

Alors qu’elle s’apprête à recevoir le prix Nobel de littérature, Annie Ernaux est régulièrement la cible d’attaques injustifiées concernant ses engagements politiques. Gisèle Sapiro les analyse et leur répond.

Naître et écrire

Dans son premier roman, Les gens de Bilbao naissent où ils veulent, Maria Larrea ne se contente pas de projeter sa naissance : elle imagine celle de ses parents et raconte aussi celle de son premier enfant.

Dans le sillage de Winston Smith

Le nouveau roman d’Alexis Ragougneau s’inscrit dans la lignée d’Orwell et met en relief le rapport entre dystopie et passé, tout en insistant, à l’instar de Victor Klemperer, sur la primauté du langage. Un beau palimpseste, à plusieurs niveaux.

Ruines intimes

Avec Moi qui ai souri le premier, Daniel Arsand propose un éclairage singulier et modeste sur la condition homosexuelle, mais aussi une fouille impitoyable aux sources du moi-écrivain.

Retour de la Kabylie

Xavier Le Clerc propose un portrait sensible de son père, Mohand-Saïd Aït-Taleb, un homme orgueilleux et bafoué, jamais sorti de la pauvreté, hanté toute son existence par trois choses : les chiens, les prises électriques, les couteaux.

Le Pacifique n’est pas une carte postale

Les éditions Au vent des îles publient deux recueils complémentaires de Chantal T. Spitz et Kristiana Kahakauwila qui tordent le cou aux idées toutes faites sur les îles du Pacifique et leurs habitants.

Puissantes clameurs post-exotiques

On retrouve dans Débrouille-toi avec ton violeur toute la force et l’inventivité du post-exotisme d’Antoine Volodine, où le travail de la langue permet de créer des espaces libérés de l’oppression.

Utopiales 2022 : la science-fiction hors limites

Retour sur le festival des Utopiales, qui s'est tenu à Nantes du 29 octobre au 1er novembre. Le thème en était « Limites », ce qui évidemment, quand il s'agit de science-fiction, invite à les dépasser.

« Je ne comprends pas le monde »

Édouard Levé pratiquait la photographie, la performance, l’écriture. Dans ses inédits rassemblés et présentés par Thomas Clerc, on retrouve son écriture semi-automatique, son inventivité, son génie de l’observation, sa sécheresse.

Pas tout à fait du Céline

La publication des manuscrits retrouvés de Céline se poursuit : après Guerre, voici Londres, qui fait de Ferdinand Bardamu un proxénète en herbe dans le Londres de la Première Guerre mondiale.

;