Littérature étrangère

Apprendre à vivre

Qu’elle écrive des récits autobiographiques ou qu’elle écrive sur les autres, la romancière irlandaise Nuala O’Faolain n’a jamais parlé que d’elle-même dans ses livres.

Une question de vie ou de mort

La bêtise est partout, touche tout le monde, contamine tout. C’est le constat que faisait Robert Musil. Avec De la bêtise, il proposait de déplacer notre regard sur elle.

Triompher de la bêtise

Vaste programme ! Il n’en fut pas moins à l’origine de la création d’un club génial dans lequel les écrivains dénoncèrent les théories absurdes, les faux savoirs, la bêtise intellectuelle et, déjà, les fake news.

Les raisons d’une domination

La critique éclairée de la bêtise fut la grande affaire de l’Angleterre des débuts du XVIIIe siècle. Marc Porée revient sur la Dunciade, le poème satirique d’Alexander Pope.

Un cocktail de bêtise

En revenant sur Jeeves et Bertie Wooster, les immortelles figures de l’humoriste P. G. Wodehouse, Jean Lacoste analyse le rôle singulier dévolu à la bêtise au sein des classes dirigeantes anglaises.

Quatre romans en un, four kids in one

Il fallait de longues journées d’été pour plonger à corps perdu dans l’énorme roman de Paul Auster, 4 3 2 1. Mais quand on prend ce temps, quelle énergie alors, quel bonheur de lecture, quelle invention, quel roman !

Cachettes profondes

Écrivain majeur de la Thessalonique des années 70-80, Yorgos Ioànnou s’est fait connaître comme un auteur de l’intériorité. Douleur du Vendredi Saint, œuvre de la maturité, est enfin traduite en français.

Être et avoir été

En revenant sur son adolescence, l’écrivain suisse Alain Claude Sulzer semble vouloir dépasser le strict cadre du récit autobiographique.