Sciences humaines

De la sottise à la bêtise, et retour

Deux courts et profonds essais de Kevin Mulligan et de Maurizio Ferraris élèvent la philosophie de la bêtise d’un cran. Ils diagnostiquent l’essence de la sottise comme révolte contre la raison.

De la bêtise en philosophie

Heidegger a dit, à propos de son engagement précoce et entier dans le nazisme : « Ce fut la plus grosse bêtise de ma vie ». Une simple « embardée » comme aiment à dire les heideggériens de Paris. Être philosophe n'immunise pas de la bêtise.

Après le 6 février

L'ouvrage de Marc Bernard sur les journées ouvrières des 9 et 12 février 1934, répliques antifascistes au coup de force des ligues d’extrême-droite, est enfin réédité.

Entretien avec Alain Roger

Une philosophie de la bêtise est-elle possible ? Oui, répondait Alain Roger dans son Bréviaire de la bêtise, précisément parce qu’elle ne se définit pas aisément.

Bêtes à croquer

La ville de Cambrai est célèbre pour son « cygne » (surnom de Fénelon) mais surtout pour ses « bêtises », bonbons issus d’une recette ratée et occasion d’une guerre des confiseurs dont le présent conserve quelques traces.

Les pères du structuralisme

La Correspondance entre Claude Lévi-Strauss et Roman Jakobson nous plonge dans l’aventure intellectuelle du structuralisme autant que dans leurs existences propres.

La pédagogie du gibet

Les pendus de Londres, de Peter Linebaugh, s’impose comme un classique de l’histoire sociale anglaise qui ravira les historiens et les lecteurs de Defoe, de Fielding ou de Dickens.