À la Une

Margaret Atwood fait feu de tout bois

Margaret Atwood Questions brûlantes et poèmes tardifs

Margaret Atwood (2019) © Jean-Luc Bertini

Questions brûlantes rassemble quinze années de chroniques qui touchent à tous les sujets : l’avortement, l’environnement, les libertés, l’histoire de l’Amérique du Nord… L’occasion de découvrir une face méconnue de l’œuvre de l’auteure de La servante écarlate et de se plonger dans son travail poétique enfin traduit.
Lire la suite…
par Sophie Ehrsam

Antoine Emaz, le choix du peu

Antoine Emaz Erre En attendant Nadeau

Antoine Emaz © Points/Seuil

Erre est le dernier livre d’Antoine Emaz, disparu le 3 mars 2019 à Angers où il vivait, enseignait, écrivait. Il porte une ambition extrême, chercher le « rien pur ». Sa vie ressemblait à ses écrits : peu d’éclats, du retrait, plutôt que la faconde.
Lire la suite…
par Marie Étienne

P… d’archives

Travailler Lutter Diffuser. Archives militantes du Centre Grisélidis Réal de documentation internationale sur la prostitution En attendant Nadeau

© Les Presses du Réel

On connait Grisélidis Réal (1929-2005), l’une des figures politiques des luttes pour les travailleuses du sexe des années 1970-2000, à travers son œuvre artistique. Travailler Lutter Diffuser fait découvrir une autre facette de cette personnalité exceptionnelle, celle d’une archiviste qui a collecté un matériel unique sur l’histoire contemporaine des TDS.
Lire la suite…
par Philippe Artières

Un engagement qui dérange

Annie Ernaux Engagement Gisèle Sapiro

Annie Ernaux © Jean-Luc Bertini

Alors qu’elle s’apprête à recevoir le prix Nobel de littérature, le 10 décembre prochain, Annie Ernaux est régulièrement la cible d’attaques injustifiées concernant ses engagements politiques. Gisèle Sapiro les analyse et leur répond, alors que de graves accusations ont été une nouvelle fois émises dans une émission radiophonique.
Lire la suite…
par Gisèle Sapiro

Et aussi…

György Kurtág fragmente Kafka

La soprano Anna Prohaska et la violoniste Isabelle Faust interprètent les Kafka-Fragmente composés entre 1985 et 1987 par György Kurtág. Ces quarante pièces, qui ne durent parfois que quelques dizaines de secondes, puisent leur force musicale dans leur réunion en un cycle dont la cohérence se révèle au fur et à mesure de l’écoute.
Lire la suite…
par Adrien Cauchie

Le triomphe de Catherine Hiegel

À Paris, au théâtre du Petit Saint-Martin, et bientôt en tournée, le metteur en scène Martial Di Fonzo Bo présente deux pièces de Jean-Luc Lagarce en alternance, Music-hall et Les règles du savoir-vivre dans la société moderne. Deux spectacles portés par une actrice d’exception, une virtuose de la langue : Catherine Hiegel.
Lire la suite…
par Monique Le Roux

L’irrégularité comme mode de vie

Les étrangers « sans-papiers » ne vivent pas toujours clandestinement en France, mais leur existence est marquée par la précarité et l’incertitude. Stefan Le Courant analyse la sociologie du séjour « irrégulier », une sociologie de l’angoisse, de l’évaluation et de l’évitement ordinaires du risque.
Lire la suite…
par Nicolas Fischer

Une sélection de sonnets de Jean-Baptiste Chassignet (vers 1570-1635), le premier roman de Maria Larrea, Au piripite chantant de Jean Métellus réédité en poche, des textes rares et inédits de Luis Sepúlveda

Et à la Une du numéro 162

Les révolutions inachevées de la police

Vincent Denis : les révolutions inachevées de la police parisienne

Planche en couleurs « Commissaire de police sous la Révolution ». Illustration extraite de l’ouvrage d’Alfred Rey et Louis Féron, « Histoire du corps des gardiens de la paix » (1896)

L’année 1789 marque un coup d’arrêt pour la police de l’Ancien Régime telle qu’elle s’était développée depuis le milieu du XVIIIe siècle au profit d’une police de citoyens, dont les commissaires sont élus au suffrage universel. Les années 1795-1799 en seront le tombeau. Le livre de Vincent Denis éclaire la décennie révolutionnaire des policiers de Paris.
Lire la suite…
par Vincent Milliot

Dans le sillage de Winston Smith

Palimpseste, le nouveau roman d'Alexis Ragougneau

À Paris © Jean-Luc Bertini

Palimpseste, le nouveau roman d’Alexis Ragougneau, s’inscrit dans la lignée d’Orwell. L’auteur met en relief le rapport entre dystopie et passé, tout en insistant, à l’instar de Victor Klemperer, sur la primauté du langage. Un beau palimpseste, à plusieurs niveaux.
Lire la suite…
par Steven Sampson

Haizi ou la poésie dans le sang

Le langage et le puits : Haizi ou la poésie dans le sang

Dessin à l’encre de Haizi © Éditions Unes

Précoce, fulgurant, déchiré, Haizi, qui s’est suicidé à vingt-cinq ans en 1989, est devenu en Chine une figure vénérée de « poète maudit ». Entre délire verbal et sincérité bouleversante, symptôme toxique ou perle sublime, son recueil Le langage et le puits est un météore étrange.
Lire la suite…
par Claude Tuduri

Charlotte Brontë au-delà de Jane Eyre

Shirley et Villette : Charlotte Brontë au-delà de Jane Eyre

« The Vale of Dedham » de John Constable (1828)

Le troisième et dernier volume de la Pléiade consacrée à la famille Brontë sort deux romans, Shirley et Villette, de l’ombre dans laquelle Jane Eyre les a longtemps relégués. Et jette un éclairage mi-figue, mi-raisin sur la condition ouvrière et sur la condition féminine.
Lire la suite…
par Marc Porée

Prêts à lutter

Le champion du quartier, de Julien Bonhomme : prêts à lutter

© Julien Bonhomme/Mimesis

Avec Le champion du quartier. Se faire un nom dans la lutte sénégalaise, l’anthropologue Julien Bonhomme montre la façon dont les lutteurs sénégalais puisent leur force auprès du collectif qui les entoure, et souligne l’importance du soutien matériel, moral et mystique de cette « équipe » qui regroupe famille, voisins, supporters, marabouts…
Lire la suite…
par Jean-François Laé

Ruines intimes

Moi qui ai souri le premier, de Daniel Arsand : ruines intimes

« La lutte de Jacob avec l’Ange », d’Alexandre-Louis Leloir (1865)

Daniel Arsand a longtemps gardé dans un tiroir le manuscrit de Moi qui ai souri le premier. En le publiant aujourd’hui, il nous donne à lire trois souvenirs : un viol, un abandon, une agression. Cet éclairage singulier et modeste sur la condition homosexuelle est aussi une fouille impitoyable aux sources du moi-écrivain.
Lire la suite…
par Alexis Buffet

Kiev, l’autre guerre

Andreï Kourkov, L’oreille de Kiev En attendant Nadeau

En Ukraine (2005) © Jean-Luc Bertini

L’oreille de Kiev est le premier volume d’une trilogie sur la guerre civile qui s’est déroulée en 1919 dans la capitale ukrainienne, déchirée entre les bolcheviks, les Russes blancs et les partisans du nationaliste Symon Petlioura. Andreï Kourkov y flirte avec différents genres : fantastique, thriller historico-politique et récit d’initiation, et un zeste d’absurde.
Lire la suite…
par Gabrielle Napoli

Une autre carte de l’Ukraine

Dirigé par Iryna Dmytrychyn et Emmanuel Ruben, le volume d’Hommage à l’Ukraine rassemble des textes inédits signés de quatorze auteurs, qui  établissent une carte poétique, symbolique, historique de leur pays, envahi depuis neuf mois par la Russie de Vladimir Poutine.
Lire la suite…
par Gabrielle Napoli

Vivre comme Dieu à Odessa

Isabelle Némirovski mène une enquête érudite sur  l’histoire de la communauté juive d’Odessa depuis la fondation de la ville par Catherine II en 1794 jusqu’à nos jours, avec pour fil conducteur le foisonnement d’une littérature en trois langues, le russe, le yiddish et l’hébreu.
Lire la suite…
par David Novarina

En Ukraine, la poésie continue

Une jeune poétesse ukrainienne, Ella Yevtouchenko, et un éditeur-poète chevronné, Bruno Doucey, ont décidé d’unir dans l’urgence leurs compétences pour publier un recueil bilingue qui donne la parole à l’État agressé : Ukraine. 24 poètes pour un pays.
Lire la suite…
par Annie Daubenton

Un concert de voix

Ukraine : un concert de voix par Alicja Rosé Inédit En attendant Nadeau

De haut en bas à partir de la gauche : Daryna Gladun, Iouri Andrukhovych, Ilya Kaminsky ; Marianna Kiyanovska, Iya Kiva, Natalia Belchenko, Ostap Slyvynsky. © Alicja Rosé

Alicja Rosé a parcouru l’Europe pour parler avec des poètes ukrainiens dans la guerre. Ses rencontres l’ont placée devant la question de la langue et devant les choix faits par les poètes. La poète polonaise a confié à EaN un récit de son voyage et dessiné un portrait collectif de ses rencontres.
Lire la suite…
par Alicja Rosé

Apollinaire-Salmon : une érudition du réel

Guillaume Apollinaire et André Salmon, Correspondance 1903-1918 & Florilège 1918-1959 En attendant Nadeau

Lettre de Guillaume Apollinaire à André Salmon (1908) © Éditions Claire Paulhan

En 1903, Guillaume Apollinaire rencontre André Salmon au café parisien du Soleil d’or, sur le boulevard Saint-Michel. C’est le début d’une correspondance qui durera quinze ans, et d’une relation qui ne se terminera qu’à la mort de l’écrivain et critique d’art, en 1969. Le volume rassemblant leurs échanges et les nombreux textes consacrés par Salmon au poète est un véritable chef-d’œuvre.
Lire la suite…
par Jacques Darras

Entretien avec Paolo Rumiz

Paolo Rumiz, Le fil sans fin. Itinéraire spirituel pour la renaissance de l’Europe En attendant Nadeau

Paolo Rumiz (septembre 2022) © Jean-Luc Bertini

De Norcia, en Ombrie, où est né saint Benoît, jusqu’à la Hongrie, en passant par l’Allemagne et la Belgique, Le fil sans fin voyage d’abbaye en abbaye, en suivant la logique des « errances narrabondes » de son auteur. EaN a lu le dernier ouvrage de Paolo Rumiz et s’entretient avec l’écrivain triestin qui ne se « résigne pas à l’idée que rien n’existe ».
Lire la suite…
propos recueillis par Norbert Czarny

Les ipomées de Jean-Michel Meurice

Artiste majeur de sa génération, Jean-Michel Meurice a, dès 1962, élaboré son œuvre selon un double parcours libre et singulier de peintre et de cinéaste. Né le 6 décembre 1938, il nous a quittés le 27 septembre 2022. Pour lui rendre hommage, nous avons choisi un texte de Paul Louis Rossi, qui l’a bien connu.
Lire la suite…
par Paul Louis Rossi

Quand l’enfance raconte la guerre

La Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » consacre un numéro à la question des enfants dans la guerre entre 1920 et 1950. Elle évoque le transport des enfants juifs depuis les territoires allemands vers la France et l’Angleterre, les « républiques d’enfants », les témoignages des survivants de génocides…
Lire la suite…
par Jacques Munier

En transit : années 1940/2018

Le théâtre de l’Odéon propose une adaptation de Transit, le roman d’Anna Seghers écrit en exil en 1941-1942, par le metteur en scène iranien Amir Reza Koohestani. Celui-ci propose aux spectateurs de perdre leur repères, à l’instar de ce qui arrive aux personnages de la pièce.
Lire la suite…
par Monique Le Roux

Le grand et le petit républicanisme

Charles Renouvier, Jean-Fabien Spitz : le sens de la république

Le tympan de l’église de Villes-sur-Auzon, dans le Vaucluse (2013) © CC3.0/Gemo30

Il y a de nombreux sens de « république » et bien des manières de se dire républicain, depuis celle de 1789 jusqu’aux politiciens néo-libéraux d’aujourd’hui. Pour Jean-Fabien Spitz, ce n’est pas en revenant à l’inspiration primitive des républicains du passé qu’on pourra réaliser l’idéal républicain. Mais celui que proposait Charles Renouvier au XIXe siècle est-il vraiment si mauvais ?
Lire la suite…
par Pascal Engel

L’atelier d’Orhan Pamuk

Souvenirs des montagnes au loin : l'atelier d'Orhan Pamuk

© 2022, Orhan Pamuk, tous droits réservés

Jusqu’à ses vingt-deux ans environ, Orhan Pamuk souhaitait devenir peintre. Son travail de romancier, couronné par un prix Nobel en 2006, aurait pu enterrer à jamais ce rêve de jeunesse. Mais en 2008, l’écrivain turc s’est remis à dessiner, et ses carnets sont aujourd’hui publiés.
Lire la suite…
par Jean-Paul Champseix

Les forçats du Golfe

Les esclaves de l’homme-pétrole : les forçats du Golfe

Des travailleurs étrangers dans le quartier de West Bay, à Doha (2014) © CC3.0/Alex Sergeev

Ils sont Népalais, Soudanais, Kényans, Pakistanais, Indiens : ces mains invisibles bâtissent les États du Golfe persique, nettoient leurs intérieurs et mènent leurs guerres, dans des conditions d’asservissement de plus en plus médiatisées depuis que le Qatar a obtenu l’organisation de la Coupe du Monde 2022. Mais cette exploitation systématique n’est qu’un des aspects du drame des travailleurs migrants dans la péninsule arabique, comme le montrent les journalistes Sebastian Castelier et Quentin Müller.
Lire la suite…
par Denis Bidaud

Les dessous de la production littéraire

Le fétiche et la plume Hélène Ling et Inès Sol Salas En attendant Nadeau

© Jean-Luc Bertini

Quelle place occupe la littérature à l’ère du capitalisme tardif ? Le fétiche et la plume montre la façon dont les livres sont asservis à la « nouvelle économie de l’attention », en empruntant les points de vue de la sociologie, de l’économie, de la psychologie et de la critique. EaN a aussi interrogé ses autrices, Hélène Ling et Inès Sol Salas, sur le le sens et la valeur d’une institution de la vie des livres : les prix littéraires.
Lire la suite…
par Claude Grimal et Jeanne Bacharach

Retour de la Kabylie

Un homme sans titre, de Xavier Le Clerc : retour de la Kabylie

Le village de Kebouch, en Grande Kabylie (1935). Photographie de Leo Wehrli colorisée par Margrit Wehrli-Frey. CC4.0/ETH-Bibliothek

En 1939, Albert Camus publie un ensemble d’articles sous le titre Misère de la Kabylie. Un titre qu’aurait pu emprunter le récit de Xavier Le Clerc, portrait sensible du père de l’auteur, Mohand-Saïd Aït-Taleb, un homme orgueilleux et bafoué, jamais sorti de la pauvreté, hanté toute son existence par trois choses : les chiens, les prises électriques, les couteaux.
Lire la suite…
par Cécile Dutheil de la Rochère

Jamais rien ne cesse de s’écrire

Jamais rien ne cesse de s’écrire : le paysage selon Selva Almada

Le pont de la Liberté et le Rio Bermejo à El Colorado, dans la province de Formosa, en Argentine (2016) © CC4.0/Schmitto

Alors que s’ouvrent les 19e rencontres littéraires internationales de la Maison des écrivains étrangers et traducteurs (MEET) de Saint-Nazaire, En attendant Nadeau publie un texte inédit de l’écrivaine argentine Selva Almada, une série de notes brèves sur deux paysages argentins, deux fleuves : le Bermejo et le Parana. Nous rendons également compte de son dernier roman, Ce n’est pas un fleuve.
Lire la suite…
par Selva Almada et Melina Balcázar

Fantoche fétiche

Allen S. Weiss, L’autobiographie de Teddy En attendant Nadeau

« Nature morte à l’ours en peluche » (1910-1915) © Gallica/BnF

Sa peluche avait disparu pendant quarante ans : Allen S. Weiss l’a retrouvée dans un tiroir, à l’occasion d’un déménagement. Il en tire aujourd’hui L’autobiographie de Teddy, dans laquelle l’ourson conduit l’écrivain américain à réinterroger ses goûts esthétiques, ses obsessions, les aspects les plus secrets de son moi intime.
Lire la suite…
par Maurice Mourier

Retrouvez les anciens numéros d’En attendant Nadeau, en version numérique ou en PDF téléchargeable, sur notre page Version PDF.

;