Suspense (15)

Meurtre dans un abri de jardin anglais

Un soir, dans un pub, Eva Dolan a entendu deux hommes parler des étrangers illégaux qu’ils employaient dans leurs entreprises. « La brutalité » des pratiques « managériales » qu’ils décrivaient et considéraient comme normales l’a traumatisée. Le souvenir de cette conversation l’a poussée à écrire Les chemins de la haine, son premier roman policier, qui mêle intelligemment la question de l’exploitation des migrants et une enquête criminelle à rebondissements.


Eva Dolan, Les chemins de la haine. Trad. de l’anglais par Lise Garond. Liana Levi, 443 p., 22 €


L’histoire se déroule à Petersborough, une ville de taille moyenne du Cambridgeshire transformée depuis la Seconde Guerre mondiale par une immigration venue d’abord des différents pays du Commonwealth, puis des pays les plus pauvres de l’Union européenne, c’est-à-dire, au cours de la dernière décennie, ceux d’Europe de l’Est. Un documentaire de BBC1 de 2013 avait d’ailleurs consacré un de ses quatre reportages de sa série « De quelle manière l’immigration a-t-elle changé l’Angleterre ? » à cette ville, surnommée par un journal à sensation « la ville que les Polonais ont envahie ».

En effet, Petersborough, d’un bourg autrefois « très anglais et très blanc » construit autour de sa cathédrale anglo-normande, est devenu aujourd’hui un lieu où, suivant les constatations des experts, « le développement pluriethnique est l’un des plus rapides de Grande Bretagne ». En parallèle, le chômage y est élevé, l’exploitation du travail immigré dans les usines alimentaires et dans les exploitations agricoles juteuse, et les réactions de rejet vis-à-vis des nouveaux arrivants, violentes. Ses habitants ont voté à 71 % pour le Brexit.

Eva Dolan, Les chemins de la haine

Cathédrale de Petersbourough

Les complexités de ce contexte, qu’Eva Dolan esquisse avec doigté et toujours en lien avec l’enquête, sont un des grands intérêts des Chemins de la haine. La visite qu’elle nous fait faire de Petersborough est à la fois sobre et instructive. Son équipe policière sillonne des quartiers à l’abandon où se répandent les tags de l’English Nationalist League, et d’autres que les prêts immobiliers bon marché du début des années 2000 ont rendus plus pimpants ; elle interroge ceux qui ont peur des migrants comme ceux qui s’enrichissent sur leur dos, rend visite aussi bien à des habitants barricadés dans leurs maisons, à des petits entrepreneurs douteux, qu’à des étrangers fraîchement débarqués ; tous ont en commun la solide volonté de ne rien dire à la police.

Celle-ci se trouve pourtant avoir bien des questions à leur poser concernant la mort d’un homme brûlé vif dans l’incendie criminel d’un abri de jardin. Les deux personnages principaux assignés à cette tâche sont Zigic, chef de la « Section des Crimes de Haine », Serbe de troisième génération, et sa collègue, la jeune sergente Ferreira, d’origine portugaise. L’un et l’autre possèdent, comme il se doit dans un bon polar, des personnalités contrastées et intéressantes : le premier est calme et pondéré, la seconde impulsive et cabocharde.

Eva Dolan, Les chemins de la haine

Eva Dolan © Mark Vessey

La victime est assez vite identifiée ; il s’agirait d’un certain Stepulov, venu de Lituanie, à qui plusieurs personnes ont de bonnes raisons d’en vouloir : les propriétaires de l’abri de jardin (qui en auraient eu assez de le voir squatter leur cabane ou de la lui louer illégalement), un pyromane d’extrême droite récemment sorti de prison, d’agressifs « gangmasters » (nom donné en Angleterre à ceux qui exercent l’activité légale d’embaucher du personnel pour le compte d’autres employeurs)… Les surprises s’enchaînent jusqu’à une résolution finale inattendue mais très crédible, tandis que court en parallèle, sous-jacente à l’intrigue, une interrogation sur les liens familiaux et les raisons de leurs héroïsmes ou de leurs manquements.

Les chemins de la haine revisite donc avec une sensibilité neuve le sujet assez rebattu de la petite ville en crise tout en maîtrisant parfaitement les personnages, le rythme et le suspense propres aux histoires policières. Paru en Angleterre en 2014, il a été suivi depuis par deux volumes de nouvelles enquêtes menées par les mêmes Zigic et Ferreira, actuellement en cours de traduction aux éditions Liana Levi ; le lecteur les attend avec impatience.

Claude Grimal

À la Une du n° 47

La carte des livres