Cinéma

Des Houyhnhnms canins

« Autant le dire tout de suite : je déteste les chats et adore les chiens. C’est donc avec une absence totale d’objectivité que j’ai abordé le dernier film de Wes Anderson. »

L’art de la bobine

Guillaume Basquin nous présente le travail de la cinéaste Tacita Dean, la manière dont elle conçoit le geste filmique, sa durée, sa matérialité, sur ce qu’il implique vraiment.

Écriture et Histoire en champ-contrechamp

Films d’époque, La douleur, d'Emmanuel Finkiel, et Pentagon Papers, de Steven Spielberg, se situent chacun à un tournant de l’Histoire moderne et, si la guerre est leur arrière-plan commun, une femme occupe le devant de la scène.

Comme l’écho d’un éclair

Une rose sans pourquoi n’est pas forcément une rose sans raison. Le cinéaste Jean-Paul Civeyrac explique dans un bel essai la raison pour laquelle cet énoncé résonne dans son œuvre.

Un cinéma absolument personnel

Cinéaste français, il voulait des décors américains. Il a influencé Jarmush, Mann, les frères Coen, John Woo, Kitano. Ses films sont singuliers, uniques, absolument personnels. Antoine de Baecque présente, en neuf chapitres, la vie et l’œuvre de Jean-Pierre Melville.