Blancheur

Notre hors-série de l'été : le blancLes livres d’Eugène Savitzkaya, comme le récent Au pays des poules aux œufs d’or, déploient un univers et une langue inimitables, pleine de surprises, d’audaces, de mystères. « Blancheur » ne déroge pas à la règle !

Les écrivains autour du blanc : une lettre d'Eugène Savitzkaya

© Hugo Pradelle

Chère amie vénérée et lointaine, je me réveille ce matin avec un bracelet au poignet gauche, un joli bracelet blanc en carton fort. Sur ce bracelet, mon nom est écrit en noir ainsi qu’une série de chiffres dont l’ensemble doit correspondre à quelque chose, moi qui ne suis qu’un simple mortel lustrant mon poil sous les saules, les aulnes et les peupliers. Suis-je déjà à la morgue parmi les cadavres des humains ? Mais les cadavres ne peuvent se rappeler leur nom ni connaître le secret des chiffres. Dans la chambre immaculée, est entrée une doctoresse en blouse impeccable qui gentiment a sondé ma mémoire. Ensuite, je me suis rendu auprès du cerisier rampant dans le jardin des plantes et là, sous la coupole des branches, j’ai assisté à la miction d’une colombe.

Un pied dans ce monde et l’autre ailleurs, je trouve ma situation heureuse, en ce qu’elle est libre. Le vin me saoule, l’eau me dégrise, l’amour m’ouvre les yeux, les oreilles, le nez, la peau et électrise mes nerfs. Je suis le respirant, le palpitant, le chaud, le mouvant, l’éternuant et la plus belle des femmes me prend la main. Je vole contre le cerf-volant de son visage ; elle m’a tiré des hôpitaux publics de la cité, elle m’a fait connaître la louve ; grâce à elle, je ne mangerai plus la chair des animaux, je boirai dans ses paumes et sur ses lèvres. Voudra-t-elle de mon ventre comme oreiller ? Voudra-t-elle mes cuisses comme siège ? Voudra-t-elle ma verge comme jouet ?  Ses iris bruns cerclés de blanc bleuté colorent ma macula.


Dernier livre paru d’Eugène Savitskaya : Au pays des poules aux œufs d’or (Minuit, 2020).