Maya Ouabadi

Père natal

Dans un très beau livre, Nina Bouraoui raconte les derniers jours de son père. Un père qu'elle avait admiré, imité, un père qui s'entourait parfois de mystère et qu'elle avait cru invincible. Avec lui, c'est la part algérienne de l'autrice qui s'en est allée.

Selma, Maya, Sofiane et les autres

Bientôt les vivants, le deuxième roman d’Amina Damerdji, semble vouloir embrasser toute l’histoire tragique et complexe de l’Algérie durant les années 1990. Malgré le projet ambitieux d'affronter par le récit cette période traumatique, elle peine à faire tenir la structure de son roman et n'évite pas une schématisation quelque peu superficielle.