Sébastien Omont

Un roman national ambigu

Le séducteur, roman-fleuve de Jan Kjaerstadt, explore le destin de Jonas Wergeland, moderne Ulysse, qui passe de femme en femme, d'exploit en errance, du Zambèze à Tombouctou.

Voyage vers l’Histoire

De 1932 à 1945, en Mandchourie occupée, l'armée japonaise s'est livrée à des expérimentations médicales à grande échelle sur des êtres humains. L'homme qui mit fin à l'histoire, de Ken Liu, remet ces faits en lumière dans le cadre d'un roman de science-fiction.

La disparition du travail

Deux romans brefs et percutants de Pär Thörn et de Christophe Levaux font un même usage de l'ironie pour constater la vacuité du travail effectué par leurs personnages.

Liberté sur la route

L'œuvre radicale et exigeante de Marc Graciano peut dérouter. Et pourtant, c’est par la violence extrême que porte son écriture qu’elle se charge d’une intensité exceptionnelle, caractéristique d’un écrivain passionnant.

D’un père à l’autre

L’épaule du cavalier, de Ling Xi, est un récit formé de courtes histoires, de scènes brèves, de fragments, qui tracent avec drôlerie un parcours intime dont les trois parties, encadrées par l'adieu au « cavalier », Maurice Nadeau, constituent autant d'étapes.

L’humanité et le proton

Le Problème à trois corps, de Liu Cixin, parvient à la fois à représenter des théories scientifiques complexes, à questionner ce qui fait notre humanité et à maintenir un fort intérêt dramatique.