Décamérez ! Une femme qui parle (j6)

Du néologisme verbal décamérer : « sortir de sa chambre en restant confiné ». Cinquième jour de confinement : « subir n’est pas consentir, pas toujours »

Une femme, voyageant seule.

À Chypre, sur le chemin du retour, elle fut victime d’une agression. Elle eut l’idée de porter plainte contre ses agresseurs. On lui dit tout de go que c’était peine perdue : non seulement la police chypriote ne bougeait pas le petit doigt, mais le roi n’exerçait pas la justice et se laissait lui-même régulièrement attaquer sans agir. Il vivait sur une autre planète.

Mais l’étrangère ne baissa pas les bras.

Décamérez ! "Une femme qui parle, ou subir n'est pas consentir" (j5) En attendant Nadeau Décaméron Boccace Nathalie Koble

© Gallica/BnF

Elle insista, demanda audience. Elle fut reçue par sa majesté. Quand vint son tour, devant le roi, elle eut du mal à retenir ses larmes. Elle se lança, pourtant :

« Je ne viens pas, sire, dans l’espérance d’obtenir réparation de l’agression que j’ai subie. Je viens simplement supplier sa majesté de m’apprendre comment elle fait : oui, comment faites-vous donc pour supporter tous les jours les outrages que vous essuyez en silence, à ce que j’ai cru comprendre. En suivant votre exemple, votre majesté, je parviendrai, peut-être, à surmonter ce que j’ai vécu ici… D’ailleurs, je vous ferais volontiers cadeau de cette expérience-là, si je le pouvais – votre patience est si légendaire ! »

Ces mots firent l’effet d’un fouet. Le roi, d’ordinaire insensible à tout, parut comme réveillé d’un long et profond sommeil. Il demanda justice pour elle, et veilla depuis sans relâche au bon fonctionnement des tribunaux de son pays.

Paraît-il.


En attendant Nadeau s’est proposé d’héberger ce « néodécameron » abrégé : Décamérez ! est une traduction recréatrice improvisée, partagé avec vous au jour le jour, pour une drôle de saison.