Une femme extraordinaire

Une plaque apposée 1 avenue Debidour à Paris dans le XIXe arrondissement porte cette inscription: « Dès 1940 dans cet immeuble France Bloch-Sérazin avait installé un laboratoire où elle préparait des explosifs pour la résistance. Arrêtée le 16 mai 1942, condamnée à mort, transférée en Allemagne elle fut décapitée le 12 février 1943 à Hambourg ». Le livre d’Alain Quella-Villéger, France Bloch-Sérazin ; une femme en résistance (1913-1943) retrace la biographie de cette extraordinaire jeune femme.


Alain Quella-Villéger, France Bloch-Sérazin. Une femme en résistance (1913-1943). Éditions des femmes-Antoinette Fouque, 296 p., 18 €


Si des brochures éditées après la Libération et deux documentaires récents ont été consacrés à France Bloch-Sérazin, son nom et son existence restent cependant assez peu connus ; la petite biographie de Quella-Villégier vient donc utilement compléter ce que nous pouvions déjà savoir d’elle ou nous la faire connaître, tout en offrant une image forte des années de Résistance à Paris —image d’autant plus émouvante que la précision et la retenue historiques de l’auteur, éloigné de la rhétorique « peuple de l’ombre » aujourd’hui peu audible, réussissent ici pleinement à suggérer la puissance de détermination de ceux qui s’engagèrent et la normalité héroïque de leur existence.

Née en 1913 dans une famille de la bourgeoisie intellectuelle, France Bloch a pour père l’écrivain Jean-Richard Bloch (co-directeur du quotidien Ce Soir, membre du comité de rédaction de la revue Europe) et pour mère la sœur de celui qui deviendra André Maurois. Élève très douée, elle passe d’abord un baccalauréat littéraire puis, l’année suivante, un baccalauréat scientifique avant de poursuivre des études de physique-chimie. Elle entre comme chercheuse à l’Ecole de Physique Chimie de Paris rue Pierre et Marie Curie dans le Ve arrondissement avant d’en être congédiée en 1940 en raison des lois antijuives du gouvernement de Vichy. Dans un cahier où, lycéenne, elle collectionne les citations, elle note la phrase de Disraeli : « La vie est trop courte pour être petite. » Propos un brin grandiloquent pour l’homme d’État britannique, mort à un âge respectable, mais tristement vrai pour France, héroïne de la Résistance, guillotinée par les Nazis une semaine avant ses trente ans.

Comme beaucoup de gens qui allaient s’engager sous l’occupation, Bloch-Sérazin s’est retrouvée dans des réseaux clandestins parce qu’elle y continuait avec d’autres moyens un combat qu’elle avait commencé quelques années auparavant. « Éprise de justice », disent des amis, et « ne pouvant admettre le moindre écart entre pensée et action », elle s’est inscrite en 1936 au Parti Communiste. Sensibilisée à la réflexion politique par sa famille et surtout son père, homme de gauche et antinazi convaincu, elle a déploré l’absence d’intervention française aux côtés de la République espagnole, dénoncé les accords de Munich de septembre 1938 et, à partir de septembre 1939, date à laquelle le parti communiste a été interdit par Daladier, poursuivi secrètement son action politique.

Cet engagement et ses actions, elle les partage avec son époux Frédéric Sérazin, dit Frédo, ouvrier tourneur, syndicaliste communiste, qu’elle a rencontré à la section du XIVe arrondissement du Parti et épousé en mai 1939. France et Frédo vivront ensemble peu de temps, ce dernier étant mobilisé puis arrêté et déplacé de camp en camp avant d’être massacré par la Gestapo en 1944 à Saint-Étienne. Un petit garçon, Roland, naquit en janvier 1940. Son père, qui était « fou de lui », le vit de temps à autres, lui faisant parvenir une fois un joujou qu’il avait réussi à fabriquer et que Roland aujourd’hui septuagénaire a toujours conservé. Ce fut donc France qui, entre son travail, son activité dans le réseau et ses visites à Frédo emprisonné, s’occupa pour l’essentiel de l’enfant et parvint lorsqu’elle fut arrêtée à le confier à une femme de ménage providentielle qui le cacha, le faisant ainsi échapper à la police susceptible de se servir de lui comme moyen de pression sur elle.

Alain Quella-Villéger, France Bloch-Sérazin. Une femme en résistance (1913-1943)

France Bloch-Sérazin © Collection particulière R. Sérazin, Marseille

« Claudia », puisque c’est le nom de Bloch-Sérazin dans la Résistance, se retrouve en 1941 associée aux Francs-Tireurs Populaires (F.T.P) du réseau Raymond Losserand. Elle rédige des tracts, les distribue, colle des affiches la nuit, « fête » le l4 juillet 1941 en installant des petits drapeaux de papier dans divers points du XIVe arrondissement. Elle revoit Frédo quelques heures après son évasion d’un camp de détention (il sera vite repris)… Surtout elle fabrique des explosifs pour les actions de sabotage. Échappant une première fois à une arrestation après un raid sur le laboratoire de l’avenue Debidour en novembre 1941, elle continue ailleurs ses activités… Elle a cependant été identifiée par la police française qui, à présent, la traque. Les fiches de la Brigade Spéciale des Renseignements généraux décrivent « la terroriste » : « Sérazin, Françoise, née Bloch,… de confession israélite, demeurant 1 rue de Monticelli (14e) militante communiste active… 1m 58, environ 20 ans, visage gracieux, yeux de couleur foncés, cheveux chat. clair … parle sans accent un français choisi, type d’étudiante ou de bohême, vêtements soignés. »

Se sachant recherchée, « Claudia » s’éloigne de Paris, y revient, met sur pied une tentative d’évasion pour son mari, continue son travail d’agent de liaison… Mais le 16 mai 1942 elle n’est pas au rendez-vous fixé avec un camarade ; elle a été arrêtée le matin ainsi que des dizaines de F.T.P. dans le cadre d’un coup de filet organisé par la police de Vichy dans toute la France. Incarcérée à la Santé, on ne peut plus lui écrire à partir de juin et le courrier adressé revient avec la cynique mention « Partie sans laisser d’adresse ».

De fait d’abord interrogée par la Gestapo, elle est jugée en août, avec 22 membres de son réseau parisien par un tribunal militaire allemand, suivant la procédure « à huis clos et dans le secret le plus absolu » définie par les décrets « Nacht und Nebel » (« Nuit et Brouillard », NN) de 1941. Aucun document administratif ne garde donc la trace du procès, tenu à l’hôtel Continental et à l’issue duquel presque tous les accusés sont condamnés à mort et fusillés. Un document allemand classé « Secret » a cependant été retrouvé dans les archives militaires de Potsdam et donne la liste de ces condamnés « pour intelligence avec l’ennemi » : « Raymond Losserand, fourreur ; Marie Besseyre, peintre ; Gaston Carré, plombier ; Henri Douillot, serrurier ; André Faure, ouvrier métallurgiste ; Lucien Micaud, riveteur ; Edouard Larat, chaudronnier ; Françoise Sérazin née Bloch, chimiste » etc.

France bénéficie cependant d’une demande de recours de grâce et se trouve en sursis ; elle est transférée, toujours suivant les directives NN concernant les condamnés qui ne peuvent être exécutés sur le champ, dans diverses prisons allemandes en attente d’une grâce dont chacun sait qu’elle sera refusée. Ce sont donc les témoignages de codétenues qui racontent les derniers mois de son existence et surtout celui particulièrement émouvant de la directrice de la prison de Hambourg, où France passa les deux jours précédant son exécution. Cette femme, Friede Sommer, extrêmement émue par la jeune condamnée resta avec elle jusqu’au bout et lui jura qu’elle ferait parvenir à sa famille et à son mari les lettres qu’elle écrirait ; l’une et l’autre savaient que sans cette intervention rien, étant donné le statut NN de France, ne sortirait des murs de la prison. Friede Sommer tint promesse, recopia les lettres et les cacha jusqu’à la fin de la guerre. Le livre s’ouvre ainsi sur les adieux de France à ses amis et à son époux (il ne reçut jamais la lettre qui lui était destinée ayant été assassiné en 1944). Ces derniers témoignages de son amour pour les siens, pour la vie, pour un combat juste, étaient accompagnés de l’ultime et unique objet que France pouvait leur léguer, une petite pince à cheveux.

Une femme en résistance redonne à un sujet que soixante-dix ans de litanies mémoriales — politiques, pédagogiques, ou culturelles — pourraient avoir galvaudé toute son émotion et son importance. Le livre, en faisant preuve d’une parfaite connaissance de la période et en utilisant avec pertinence photographies, témoignages, lettres, fiches de filatures et d’interrogatoires, apporte une perspective nouvelle à la question de la résistance communiste et à celle de l’engagement partisan. Le passionnant aspect documentaire des pages est indissociable de la réflexion qu’elles ouvrent implicitement sur l’héroïsme des femmes, vertu subordonnée dans l’imagination générale à leur devoir plus grand vis-à-vis des parents, époux ou enfants. France Bloch-Sérazin avait famille, mari et bébé, elle les aimait, semble-t-il, infiniment ; ils le savaient. Son engagement, sa vie, sa mort sont ici restitués dans tout ce qu’ils ont à la fois d’évident et de mystérieux. Alain Quella-Villéger, dans cet ouvrage, réussit donc à combiner la rigueur propre à la recherche scientifique et l’évocation fine d’une femme au courage tranquille et inouï, dénuée de vanité et d’orgueil, saisie par l’histoire et fidèle à ce qu’elle voulait être.


Cet article a été publié sur Mediapart.

Claude Grimal

Tous les articles du numéro 75 d’En attendant Nadeau