Jean-Yves Potel

Fuir ou ne pas fuir son pays

On s’en va, la dernière production de Krzysztof Warlikowski laisse entendre qu’il faut partir, sinon fuir une atmosphère délétère, un pays.

Quand l’Histoire devient personnelle

Né en juillet 1940, Pierre Birnbaum n’avait jamais évoqué « le temps d’Omex », quand il était un enfant juif caché dans un petit village des Pyrénées.

Le ghetto des spectres

Deux romans, signés Hubert Haddad et Andrzej Bart, mettent en scène Chaïm Mordechaj Rumkowski, président du conseil juif du ghetto de Łódź.

Réparer les cœurs

Tous tes enfants dispersés, premier roman de Beata Umubyeyi Mairesse, nous mène par petites touches au plus près des blessures des rescapés.

Georges Limbour au hasard d’un rapport

Le critique d’art et poète surréaliste Georges Limbour n’a jamais parlé de la période de sa vie où il fut professeur de philosophie au lycée français de Varsovie, entre 1930 et 1938.

Deux enfances, deux maisons

Des saisons au bord de la mer de François Maspero tente de fixer les souvenirs de deux enfances, la sienne et celle de sa fille disparue, en deux maisons.

La nation du spectacle

L'ouvrage collectif dirigé par Agnieszka Zuk dessine la Pologne en véritable nation du spectacle tourmentée par son histoire récente.

Des moments abîmes

En ces semaines du vingt-cinquième anniversaire du génocide rwandais, Jean-Yves Potel lit et relit Après le progrès, de Beata Umubyeyi Mairesse.

L’énigme Orbán

Bernard Guetta et Amélie Poinssot publient simultanément deux enquêtes de qualité si différentes qu’elles peuvent symboliser deux manières d'appréhender l’énigme Orbán dans la presse française.