Une Europe à part ?

Comment appréhender cette Europe qui ne cesse de nous tracasser à l’Est du continent ? Les géographes, les historiens et les politistes lui ont donné divers noms. Du temps de la guerre froide on a même inventé un corps unique – « l’Europe de l’Est » – qui est resté dans le langage courant, comme si les quarante années « communistes » de ces anciennes « démocraties populaires » suffisaient à les définir. D’autres auteurs ont tenté de se placer du point de vue de la longue durée pour comprendre l’histoire de cette région. Ils nous offrent de belles synthèses et une meilleure compréhension de nos voisins.


Timothy Snyder, La reconstruction des nations. Pologne, Ukraine, Lituanie, Bélarus. 1569-1999. Trad. de l’anglais (États-Unis) par Olivier Salvatori. Gallimard, 508 p., 35 €

Roman Krakovsky, L’Europe centrale et orientale. De 1918 à la chute du mur de Berlin. Armand Colin, 310 p., 29 €

Antoine Marès et Alain Soubigou, L’Europe centrale & médiane dans l’Europe du XXe siècle. Ellipses, 336 p., 29 €


L’entreprise de Timothy Snyder est la plus originale. Elle se présente comme une histoire de la « reconstruction » des nations aujourd’hui délimitées par des États couvrant les territoires polonais, bélarusse, ukrainien et lituanien. Un espace qui correspond à l’ancienne République polono-lituanienne, dite « des Deux Nations », fondée en 1569. Ce qui nous éloigne de la perspective habituelle centrée sur le Saint-Empire romain germanique et les monarchies absolues. Paru en anglais en 2003, le livre de Snyder couvre une période de quatre siècles, jusqu’en 1999 (premières adhésions à l’OTAN). Moins ambitieux, les ouvrages de Roman Krakovsky et d’Antoine Marès & Alain Soubigou se présentent comme des manuels à l’intention des étudiants de licence ou de master. Didactiques, ils n’en présentent pas moins un autre point de vue. Ils couvrent des périodes et des espaces différents. Antoine Marès et Alain Soubigou adoptent une périodisation classique, en concentrant leur propos sur la période 1914-2000 (pourquoi pas 2004, date de l’entrée dans l’Union européenne ?) et en appréhendant le vaste espace entre trois mers (Baltique, Noire et Adriatique) et quatre empires (Russie, Allemagne, Autriche et Ottomans). Roman Krakovsky a choisi une amplitude plus courte – 1918-1989 – pour un espace plus incertain (il y inclut l’Allemagne et l’Autriche, parfois les Balkans), surestimant la place des traditions germaniques.

Timothy Snyder, La reconstruction des nations. Pologne, Ukraine, Lituanie, Bélarus. 1569-1999

En fait, derrière ces variations de l’espace et du temps, se tiennent des discussions récurrentes dans l’historiographie de cette région souvent embarrassée par la définition de ses relations avec les quatre empires qui l’ont structurée, occupée, parfois détruite mais aussi modernisée. S’agissait-il d’une exploitation coloniale ? Pas vraiment. Quel type de domination alors ? Comment a-t-elle favorisé ou non l’expression de nationalismes ? Qu’en reste-t-il aujourd’hui ? Ces questions ne sont qu’effleurées par Krakovsky dans un ouvrage par ailleurs riche en informations et pertinent. Il préfère invoquer un concept énigmatique de « crise de modernisation ». Il décrit un « retard de développement » et des « réformes par le haut », la « survivance des structures sociales de l’Ancien Régime » et le « défi occidental », non sans reprendre quelques clichés, plutôt que de s’interroger sur la formation de nations que Krzysztof Pomian disait « contrariées par les États qui les oppriment »  (L’Europe et ses nations, Gallimard, 1990, p. 191). Contrairement à son collègue, Marès voit dans l’Europe centrale une « matrice de la modernité », un « laboratoire du fait national » et n’hésite pas à parler de « dépendance » des grands empires voisins. Il résume la situation à l’aube de la Première Guerre mondiale par cette formule : « l’Europe médiane se trouve à cheval sur plusieurs empires qui divisent ou regroupent ces nations », sans toutefois trop s’avancer sur le caractère, il est vrai très changeant, de cette relation « à cheval ». Il en fournit des éléments dans les trois premiers chapitres du livre, synthèse claire de l’évolution de chaque nation, qui introduisent ce qui s’est joué au sortir de la Grande Guerre (chapitres 4 et 5). Antoine Marès est un des pionniers, en France, de l’historiographie sur l’Europe médiane. Il a beaucoup contribué au développement de cet objet de recherche dans les institutions académiques françaises. Il s’est placé, avec un petit groupe d’historiens, à rebours du regard habituel sur cette « périphérie » de l’Europe, marginalisée,  trop longtemps auscultée à l’aide de stéthoscopes russes (slaves ?) ou germaniques (Mitteleuropa…). Outre son enseignement et ses travaux sur l’histoire des Tchèques et des Slovaques, il a animé ces quarante dernières années de nombreux programmes et colloques autour de cette zone qu’il partage en trois sous-ensembles : l’Europe baltique, l’Europe centrale et l’Europe balkanique, et il a formé une nouvelle génération d’historiens. Il a d’ailleurs fondé à l’INALCO, au début des années 1990, un Centre d’études de l’Europe médiane. Son livre est en quelque sorte, malgré son caractère didactique liée aux contraintes éditoriales, l’aboutissement d’un long travail, le fruit d’une connaissance approfondie de cette région, et il est donc indispensable à qui veut la comprendre. À son texte s’ajoutent des cartes et des citations de documents introduites par Alain Soubigou, qui sont les bienvenues.

Le projet de Timothy Snyder est différent. Il concerne un espace plus restreint, longtemps unifié par une République polono-lituanienne (république nobiliaire) et une langue, le polonais. Il retrace l’historique de « l’idée de nation » (et non d’une nation) dans cet ensemble qui fut longtemps le plus puissant de la région. « La nation de cette union était constituée par la noblesse, qu’elle fût catholique, orthodoxe ou protestante. Unis par des droits civils et politiques communs, ces nobles d’origine polonaise, lituanienne ou slave orientale se décrivaient eux-mêmes en latin et en polonais comme étant de ‘’nation polonaise’’. » Elle était à la fois « inclusive » (tous les nobles égaux) et « exclusive » (les serfs sans droits en étaient exclus). Il qualifie cette idée de nation d’early modern ou de « protomoderne ». Ce qui renvoie au début de l’ère moderne et non à ce qui l’a précédé, précise le traducteur. Il montre comment en sont issues quatre idées de la nation qui ont donné naissance à quatre États souverains. Il focalise son histoire sur des villes (Vilnius, Lviv) et des sous-régions (la Galicie et la Volhynie) autour de trois questions : « Quand les nations modernes apparaissent-elles ? Pourquoi les nettoyages ethniques surviennent-ils ? Comment les États-nations peuvent-ils faire la paix ? » Ses conclusions peuvent nous fournir un nouvel éclairage sur l’évolution de l’ensemble de l’Europe médiane.

Timothy Snyder, La reconstruction des nations. Pologne, Ukraine, Lituanie, Bélarus. 1569-1999

La Constitution du 3 mai 1791, tableau de Jan Matejko (1891)

Snyder situe le naufrage de la nation protomoderne au moment de l’échec de la révolte polonaise contre l’Empire russe, en 1863-1864. Des idées de nation modernes se firent jour. Elles ne se référaient plus aux noblesses, mais à des peuples d’égaux.  « Après 1863, la politique moderne revenait à se débarrasser du fardeau de la République [nobiliaire] et à adopter pour nation le paysan et sa langue. » Cela commença en Lituanie, puis en Pologne avec les positivistes, en Ukraine et en Biélorussie. Processus qu’il décrit minutieusement, fortifiant, dans le contexte particulier d’une émancipation des empires russe et autrichien, l’idée ethnique de la nation moderne. Le peuple est défini hors sinon contre l’État qui l’opprime, par la langue, la religion, la culture, voire un territoire précis (la « lituanisation » de Wilno, peuplée à 90 % de Polonais et de Juifs, est un cas d’école !). Cette idée s’oppose au patriotisme citoyen et fédéraliste de certains socialistes au sein du mouvement ouvrier naissant, vision qui entretient une nostalgie de l’idée protomoderne. Dès lors, dans le langage politique du XXe siècle, s’installent jusqu’à nos jours deux conceptions : celle, exclusive, de « l’État national », qui renvoie à la version ethnique, et celle, inclusive, de « l’État des nationalités », plurinational. Snyder suit leur destin avant et après la création des quatre États qui cohabitent pacifiquement aujourd’hui. Il montre par exemple comment la version ethnique s’est imposée à deux moments clé de l’histoire polonaise. En 1920, lorsque Jozef Pilsudski, pourtant vainqueur de la guerre russo-polonaise, dut abandonner tout projet de fédération : « Il se retrouva sans autre choix que de jeter toutes ses forces dans ce qui était en réalité la politique de Roman Dmowski [père de l’ethno-nationalisme]. Ce ne fut pas tant une victoire pour la Pologne que pour une certaine vision de la Pologne. Ce ne fut pas tant un exemple de l’autodétermination dans l’après-guerre que le triomphe du nationalisme moderne sur le patriotisme multinational traditionnel du grand-duché de Lituanie (et, dans une certaine mesure, sur l’internationalisme bolchévique). » 1944 est également une date décisive quand, après les grandes massacres et déportations de populations, Staline s’entend avec les nationalistes polonais, et impose aux communistes locaux une version ethniquement homogène de l’État communiste à construire : faire correspondre les populations aux frontières. En Pologne, les communistes « firent valoir, pour la première fois, que l’État de l’entre-deux-guerres avait échoué en raison de la structure nationale et proposèrent, comme les nationaux-démocrates avant eux, un ‘’État national’’. À la fin de la guerre, ils arrivèrent au pouvoir dans le sillage de l’Armée rouge pour édifier quelque chose ressemblant à un communisme ethnique ».

Le deuxième grand apport de Snyder dans ce livre est sa brillante analyse de la relation polono-ukrainienne sur plus de quatre siècles. Cinq chapitres décrivent la naissance et les divisions du nationalisme ukrainien, comment il s’oppose au nationalisme polonais, les deux se nourrissant l’un de l’autre, provoquant massacres, épurations ethniques, trahisons et haines mutuelles, réglant le sort des petits peuples coincés entre les deux (les Lemkos). On voit comment, lors des massacres de Volhynie (1943) ou des déplacements de populations après la guerre qui se terminent avec la dispersion violente des derniers villages ukrainiens par l’armée polonaise (« opération Vistule », 1947), se sont construites des définitions concurrentes du territoire. Le « communisme ethnique » n’ayant pas fait mieux que les bandes nationalistes ukrainiennes, l’enchaînement des crimes de masse est à la source de mémoires inextricables. « Il n’est peut-être pas d’expérience plus nationalisante que d’avoir été à la fois épuré et épurateur. Tous ces gens avaient quelque chose à se rappeler et quelque chose à oublier, quelque chose à regretter et quelque chose à justifier. »

Timothy Snyder, La reconstruction des nations. Pologne, Ukraine, Lituanie, Bélarus. 1569-1999

L’Union de Lublin de 1569, tableau de Jan Matejko (1869)

Pourtant, et c’est la troisième question posée par Snyder, cette lourde histoire n’a pas empêché que se redéfinissent, depuis la fin des années 1980, des rapports pacifiés, voire des coopérations, entre les États qui recouvrent (ou acquièrent) leur indépendance en 1989-1991. Pour l’auteur de Terre noire, la Seconde Guerre mondiale a été une rupture décisive : « L’idée montante de la nation ethnique moderne n’était pas encore hégémonique. Seules les violences organisées de la Seconde Guerre mondiale parvinrent finalement à briser le tégument historique qui donnait cohérence aux idées protomodernes de nation. Les déportations, génocides et nettoyages ethniques détruisirent les régions historiques et vidèrent les villes multiculturelles. Les meurtres de masse et déplacements forcés achevèrent de mettre à bas les traditions. » Mais cette rupture n’est pas définitive. Il est toujours possible de « rajeunir » les vieilles perspectives. Timothy Snyder voit dans l’opposition démocratique polonaise l’acteur historique fondamental. Elle a joué un rôle décisif dès les années 1960, particulièrement les cercles d’intellectuels autour de Jerzy Giedroyc et de sa revue Kultura (basée en France, à Maisons-Laffitte), en s’opposant radicalement au nationalisme ethnique de Dmowski tout en retenant son « réalisme » vis-à-vis des empires (russe et autrichien). Ces intellectuels ont admis pour la première fois « qu’une Pologne souveraine devrait soutenir la création d’États-nations lituanien, bélarusse et ukrainien indépendants », sans revenir sur les frontières de 1945. « Le programme de Kultura peut être présenté comme du fédéralisme rajeuni, sous réserve d’une coopération amicale avec les voisins orientaux et d’un abandon par la Pologne des prétentions territoriales et civilisationnelles de l’ancien fédéralisme. Le fédéralisme épousait l’idée de nation protomoderne. Le programme de Kultura s’accommodait de la modernité. » Il inspira la « politique orientale » de la Pologne après 1989, en évitant une sortie conflictuelle du bloc communiste, alors même que tous les ingrédients décrits dans ce livre étaient là, et auraient pu, comme en Yougoslavie, conduire à la guerre.

Jean-Yves Potel

La carte des livres