Deux livres sur la théorie de l’évolution

Si je réunis ces deux livres de Jean Deutsch et de Vincent Fleury, bien que le second ait paru il y a déjà quelques mois, c’est parce qu’ils se complètent en s’opposant et que cette opposition, toujours excitante pour l’esprit, en sciences notamment, porte sur l’origine des formes du vivant, domaine passionnant entre tous.


Jean Deutsch, La méduse qui fait de l’œil et autres merveilles de l’évolution. Seuil, coll. « Science ouverte », 198 p., 19 €

Vincent Fleury, Les tourbillons de la vie. Une simple histoire de nos origines. Fayard, 322 p., 23 €


Jean Deutsch, vulgarisateur de haut vol, auteur déjà de livres excellents dans la même collection, aux titres espiègles (Le ver qui prenait l’escargot comme taxi, 2008, prix Jean Rostand ; Le corbeau qui tenait dans son bec un outil, 2014), sait allier simplicité dans l’exposé de problèmes ardus et rigueur scientifique sans faille. Il s’attaque ici à l’un des mystères les plus étonnants posés par la théorie de l’évolution : celui de l’apparition de l’œil, à plusieurs reprises et dans la plupart des compartiments du vivant multicellulaire (dit plus simplement : chez les animaux), porifères et cténophores exceptés, les premiers étant les éponges, les seconds des espèces marines ressemblant à des méduses.

Mais qui ne sont pas des méduses, lesquelles ont des yeux, bien qu’elles ne disposent pas d’une symétrie bilatérale (la nôtre, et celle de la majorité des êtres nageant, volant ou rampant à la surface de notre mouchoir de poche cosmique), non plus que les étoiles de mer et les coquilles Saint-Jacques, également pourvues d’yeux, mais les premières les portent au bout de leurs cinq bras – et non pattes, ce ne sont pas des moutons – et les secondes en guirlandes de Noël autour de leur solide casemate (il faut donc que celle-ci s’entrouvre pour que le regard multiplié de la bête s’y glisse). Merveilles, en effet, de la nature, le sous-titre de Jean Deutsch est bien choisi.

Le regard de la Saint-Jacques, diantre ! On comprend que le jeune chercheur (c’est l’auteur du livre) en soit bouleversé lorsqu’il le saisit, ce regard, lors de ses débuts à la station de biologie marine de Roscoff, jailli au crépuscule d’un aquarium : « C’est elle qui m’examinait de ses dizaines d’yeux brillants ! Nous sommes restés un moment face à face, si l’on peut dire, et je vous assure que ça fait une drôle d’impression ! Puis l’animal a brusquement refermé sa coque et s’est déplacé d’un bond. » Épatante séquence, n’est-ce pas ? Et qui vous fera réfléchir à deux fois avant de bouffer ces « scallops » si chères aux morfales de la côte Est des États-Unis !

Jean Deutsch, La méduse qui fait de l’œil

Oui, car il s’agit bien de regard, et l’utilisation scientifique de ce mot donne lieu à une savante mise au point sur la différence essentielle entre présence de l’œil chez des vivants que nous jugeons – à tort – fort éloignés de nous, et invention de la vision, qui suppose non seulement l’instrument optique permettant de percevoir les luminosités, y compris les plus faibles, mais l’appareillage sophistiqué de cellules nerveuses autorisant le traitement des images et l’ éventuelle réponse musculaire (le bond de la coquille) au stimulus inquiétant constitué par le passage d’un grand bipède devant un aquarium. Belle preuve (supplémentaire) qu’aucun être animé vivant aujourd’hui ne peut être qualifié de primitif.

Chaque fois qu’il examinera avec précision telle ou telle forme d’œil, aussi variée dans son implantation, son aspect, sa complexité propre que les plus surprenantes inventions du bestiaire imaginaire rencontré et décrit par Michaux au cours de ses voyages intérieurs, l’auteur prendra soin de détailler les liens qui existent ou non (en cas d’absence totale, on n’a pas affaire à des yeux, mais à des ocelles, simples réflecteurs de lumière) entre appareil visuel et cortex de traitement des perceptions, aussi simple qu’il puisse être.

Mais surtout, par l’étude de l’apparente multiplicité des solutions apportées par la nature à cette question, cruciale pour la survie des espèces, qu’il s’agisse d’échapper à un prédateur, de se procurer de la nourriture ou de se reproduire, il saura nous montrer, sous l’exubérance de ces solutions (l’œil virevoltant du caméléon, l’œil globuleux de la pieuvre, l’œil de la squille, une sorte de crevette, largement plus performant que le nôtre car sensible même à la polarisation de la lumière), une fondamentale unité, celle de l’évolution darwinienne qui en tous domaines du vivant sait produire, via des approximations successives, en somme la méthode des essais et des erreurs, l’œil le mieux adapté (provisoirement) aux conditions fluctuantes de la lutte pour la vie, le tout commandé, bien entendu, par le hasard des recombinaisons génétiques – qui ne sont pas l’objet du livre mais on comprend que l’auteur est d’une orthodoxie absolue en matière d’évolutionnisme uniquement tributaire, pour simplifier, des règles antagoniques du hasard et de la nécessité.

Jean Deutsch, La méduse qui fait de l’œil

Ce sont ces règles, ou du moins leur rôle unique dans la naissance des formes, que remet en cause le livre vigoureusement argumenté, un peu brouillon (il passe trop de temps à dédouaner son auteur du péché, effectivement mortel, de créationnisme, accusation qui, à la lecture profane de la thèse, me paraît dictée plus par des querelles de paillasse que par une évaluation rationnelle des points de vue), un peu emporté mais de bout en bout stimulant, le livre dis-je de Vincent Fleury.

Celui-ci, au départ, est un mouton noir. Physicien et non pas biologiste, il prétend traiter d’évolution en se fondant uniquement sur sa discipline, l’enquête sur la déformation des milieux pâteux ou élastiques (pour le dire vite), dont il est un spécialiste au sein du laboratoire Matière et Systèmes complexes de l’université Paris-Diderot. En somme, il broute dans le pré carré des biologistes en se réclamant de l’interdisciplinarité, bien moins française qu’américaine comme chacun sait. Mais ne prenons pas parti. Au ton du livre, assez véhément, on devine que ce chercheur n’a pas dû se faire que des amis.

Qu’entreprend-il de démontrer ? Eh bien, à partir d’observations minutieuses menées en temps réel et en continu par imagerie, que la « morphogenèse des embryons » (son matériau privilégié est l’œuf de poule fécondé) obéit à des lois élémentaires où le simple jeu des forces physiques, au sein des « rondelles molles » par quoi le processus de différenciation cellulaire a commencé, finit par produire un animal complet et fonctionnel. L’étirement de la pâte vivante n’a besoin, dit-il, et il utilise des films pour le faire voir, que de se laisser guider en quelque sorte par les mouvements naturels des cellules les unes par rapport aux autres : tractions, retournements ont lieu à la vitesse, mesurable, du micromètre par minute. Le résultat, spectaculaire, de cette auto-organisation, aboutit à une morphogenèse express : en moins d’un jour (dans le cas du poussin), tous les organes de l’animal – parfait au bout de vingt et un jours – sont ébauchés. La physique des matériaux (ici ductiles et d’une consistance de guimauve) suffit à expliquer ce miracle.

Jean Deutsch, La méduse qui fait de l’œil

Charles Darwin

Grâce à la chronophotographie, la séquence entière de la formation d’une partie essentielle du corps – par exemple la tête – peut être visualisée. Le chapitre du livre intitulé « Caput » est ici particulièrement saisissant : « Les animaux de notre lignée se forment par l’étirement ‟haut-bas” suivi de la contraction ‟droite-gauche” d’une boule de matière » et, comme l’expression « notre lignée » est à prendre au sens le plus large – en fait tous les bilatériens –, assurément c’est de la même manière qu’on pourrait contempler la formation du nourrisson humain, s’il était loisible de faire subir à l’ovule féminin fécondé par le spermatozoïde le même genre de manipulation sous caméra qu’à l’œuf de poule, ce qui heureusement n’est pas possible.

Une des conséquences de cette théorie, radicale en ce qu’elle ne fait intervenir que des forces qui paraissent inhérentes à la matière elle-même et semble ainsi reléguer au second plan la programmation génétique de l’individu de chaque espèce, c’est de considérer que les modèles ou les modules (les « patterns ») sont en tout petit nombre et que les recettes pour créer, à partir d’un œuf, c’est-à-dire d’une gelée, telle ou telle bestiole (dont l’homme), sont si évidentes que, dans le pétrin où s’élabore l’être, une simple chiquenaude – un mouvement infime des cellules se heurtant pour trouver leur place dans un ensemble initialement circulaire, un anneau presque inconsistant – différencie le viable du monstrueux mais aussi telle lignée de sa voisine. Quelques détails d’arrangement seulement séparent tel étirement, telle invagination, d’autres soumises aux mêmes contraintes physiques. L’unité du monde vivant repose d’abord sur le peu de solutions acceptables que la matière dont sont faits tous les corps, cette pâte à pain, offre à l’invention des formes.

On voit où le bât blesse les puristes de l’évolution. Car tout de même, au bout de l’embryogenèse on aura un embryon de chat ou de cigogne, d’hippocampe ou de concombre de mer, et cette différenciation, de quoi relèverait-elle, sinon d’un rigoureux programme génétique que seul le développement de la synthèse évolutionniste, depuis la découverte de l’ADN notamment, a permis de comprendre ? Vincent Fleury ne le nie pas. Non, assurément, il n’est pas anti-darwinien, encore moins créationniste. Mais, comme tous les passionnés, seule sa quête personnelle de la vérité, celle d’une évolution des formes façonnée par les impératifs propres à toute matière en expansion (vivante ou non, c’est tout un), l’intéresse réellement. Il écarte donc sans ménagement la question que ses belles observations expérimentales (incontestables) posent aux biologistes stricto sensu. Au fond, qu’il en soit remercié, et pas uniquement parce que son livre se dévore avec un véritable appétit. La science n’a pour moteur que la controverse et celle-ci touche au cœur d’une pièce de théâtre dont tout amateur d’énigmes aimerait connaître le dénouement.

Maurice Mourier

À la Une du n° 40