Ernst Bloch ou la passion philosophique

Arno Münster, grand spécialiste d’Ernst Bloch, a rassemblé dans l’ouvrage Du rêve à l’utopie les principaux entretiens philosophiques accordés par le philosophe, éclairant ainsi de nombreux aspects de sa pensée.


Ernst Bloch, Du rêve à l’utopie – Entretiens philosophiques (Textes choisis par Arno Münster). Éditions Hermann, « Panim el panim », 234 p. 22 €


La vie et l’œuvre du philosophe et écrivain Ernst Bloch (1885-1977) sont parcourues de fulgurances, d’insurrections morales, et d’adhésions comme peu d’autres en ont montré. Il incarne toutes les audaces, tous les renouveaux mais aussi ces errements dont les intellectuels sont capables. Dès 1918, il se prit pour une sorte de messie politique, appelé à jouer un rôle dans le destin du monde, ce qui frappait déjà Max Weber.

Issu d’une famille modeste (son père était cheminot), c’est du milieu ouvrier juif que surgit sa pensée léniniste et pacifiste. Le thème invariable de son œuvre est l’espoir politique sous forme d’utopie concrète donc créatrice. La conscience (Bewusstsein) a pour essence son avance sur elle-même, son excès (Überschuss), son supplément ; le non-encore est une inépuisable réserve de retombée concrète du futur. La force de cette utopie modèle totalement la langue, à la fois lyrique et purement philosophique, d’Ernst Bloch. Son allemand magnifiquement clair et puissant tient tout autant de Luther que de Hegel. Son œuvre entière est parcourue par une sorte de prophétisme destiné à mettre l’utopie en action. S’il y a bien une chose étrangère à Ernst Bloch, c’est l’indifférence. Sa pensée philosophique est toujours habitée, elle ne se déroule pas simplement selon son ordre à elle, mais elle concerne inlassablement quelqu’un : c’est à toi que je parle.

Bloch eut une importance décisive. Mais est-ce cette utopie qui le conduisit aux pires aberrations morales et intellectuelles ? De tous les philosophes allemands de cette époque pré-hitlérienne et des années soixante du siècle dernier (Jaspers, Adorno, Marcuse etc.), il est le seul à être resté marginal malgré son adhésion sans réserves, stupide et obstinée au stalinisme dans ce qu’il a eu de pire.

Dans un premier temps, pendant la Première Guerre mondiale, tout l’intérêt du philosophe se tourna vers la théologie interreligieuse. Ce fut l’époque de la rédaction d’Esprit de l’Utopie où il fit de Staline un parangon de sagesse. Sans barguigner, il soutint presque jusqu’au bout la grande terreur stalinienne des années 1936 à 1938. Ce mélange d’enthousiasme et d’aveuglement, de passion et de vanité est très caractéristique de ce grand généreux que fut Ernst Bloch. Il devint le penseur à la fois officiel et dissident de la RDA, grand « mangeur de couleuvres » s’il en fut, mais aussi propagateur d’idées pleines de feu et d’avenir. La force même de sa pensée (Thomas Müntzer ou Le principe espérance) lui fit toujours croire que les « lendemains qui chantent » absorberaient les erreurs de détail dans l’accomplissement politique du socialisme.

Il fallut l’invasion soviétique de la Hongrie en 1956 pour qu’il désavoue le gouvernement de la RDA dont il avait été jusque-là l’une des grandes figures – presque le philosophe d’État –, sans pour autant cesser d’être marxiste au sens large du mot. Pris entre la ligne politique et l’effervescence de sa propre pensée, il est dès l’origine en capacité d’absorber ses propres contradictions et de s’en décharger sur ses nombreux et enthousiastes auditeurs. Ce fut le cas à partir de 1961 à Tübingen où de très nombreux étudiants, qu’il marqua définitivement, suivirent ses cours toujours animés, puissants et originaux. Il fit en 1968, lors d’une rencontre à l’Académie protestante de Bad Boll, la connaissance de Rudi Dutschke qui était l’âme du soulèvement étudiant. Bloch alla vers lui et ouvrit les bras en s’écriant « Ein Mensch » (« enfin un être humain »). Il y rédigea son Introduction de Tübingen à la philosophie (Tübinger Einleitung in die Philosophie) dont l’aspect faustien avait frappé les auditeurs. Goethe, Hegel et Hölderlin y tiennent une large place, mais un Hölderlin tout autre que celui dont s’est emparée une certaine « élite » pensante parisienne et pétainiste.

C’est surtout à Arno Münster que revient l’introduction d’Ernst Bloch en France, auquel il consacre en 1985 et en 1989 deux livres importants. C’est lui qui édite et préface ces entretiens donnés à Tübingen entre 1964 et sa mort en 1977, intitulés « Du rêve à l’utopie ». Ils sont d’autant plus intéressants qu’ils sont comme une traversée historique de sa pensée, comme l’écrit Münster : « Il s’agit pour Bloch de réaliser ces rêves diurnes (utopiques) émergeant dans la conscience anticipante et se transformant en praxis utopique, par le biais de la catégorie. » On a vu, hélas ce que cela pouvait donner en fait de praxis stalinienne.

Le premier entretien publié dans cet ouvrage est celui entre Theodor Adorno et Bloch, « modéré » par l’écrivain Horst Krüger. La conversation avec l’historien du marxisme Iring Fetscher et Georg Lukács montre bien à quel point le marxisme de Bloch était peu orthodoxe, ce que Lukács ne se fait pas faute de lui rappeler Ces rencontres avec le germaniste Jean-Michel Palmier ou Arno Münster lui-même, sont une sorte de vue succincte de tout ce qui a animé le philosophe. À Jean-Michel Palmier il explique qu’il n’a jamais été communiste, mais qu’il était une sorte de marxiste de gauche, il parle de ses relations avec Brecht, Picasso ou Gide. Comme il le dit à Arno Münster, « l’infrastructure, donc, c’est l’économie, et la superstructure, c’est l’idéologie. En France dans la superstructure (soit l’idéologie) le concept de révolution existait bien avant 1789, et “ les messagers des lumières” dans toute l’Europe – et en France avant tout – ont été les Encyclopédistes. »

Ernst Bloch, contrairement à certains de ses collègues philosophes allemands, n’a pas pris les Lumières pour cible de son ressentiment, cible aux apparences de profondeur, dont Valéry disait qu’elle risquait fort d’être creuse et qui s’est révélée instrument de mort.

À la Une du n° 4

;