Pascal Engel

De la sottise à la bêtise, et retour

Deux courts et profonds essais de Kevin Mulligan et de Maurizio Ferraris élèvent la philosophie de la bêtise d’un cran. Ils diagnostiquent l’essence de la sottise comme révolte contre la raison.

Entretien avec Alain Roger

Une philosophie de la bêtise est-elle possible ? Oui, répondait Alain Roger dans son Bréviaire de la bêtise, précisément parce qu’elle ne se définit pas aisément.

Cognitive-moi, idiot !

En lisant les travaux de Bergson et des essais contemporains, on pourra évaluer la manière dont les avancées technologiques refondent des interrogations beaucoup plus anciennes de la philosophie.

Les valeurs de la démocratie

On présente souvent John Dewey comme le penseur de la démocratie « radicale » et « profonde ». Cette conception de ses travaux peut être véritablement questionnée et remise en cause.

Des Houyhnhnms canins

« Autant le dire tout de suite : je déteste les chats et adore les chiens. C’est donc avec une absence totale d’objectivité que j’ai abordé le dernier film de Wes Anderson. »

Revel nous manque

Dix ans après sa disparition, une fois un peu effacée la mémoire des polémiques, vaut-il la peine de relire Jean-François Revel ? Définitivement oui.

Petite philosophie de la promenade

Où un philosophe français ira-t-il se promener, sinon à Paris ? Jean Lacoste nous y promène, et son essai tendre et ironique va bien plus loin que ses flâneries n’en ont l’air.

Passion structurale simple

Trois livres de Jean-Claude Dumoncel, Patrice Guillamaud et Jean-Pierre Ezquenazi illustrent la passion des structures, chez Proust, Rohmer, Deleuze.

De Lachelier à Macron

L’élection d’Emmanuel Macron a provoqué une vague d’ouvrages sur le sens de sa victoire et sur ses origines intellectuelles. Mais, comme le disait Kant, il y a quand même une différence entre faire de la philosophie et faire le philosophe.

Lucrèce était-il un philosophe ?

Pour Pierre Vesperini, le Lucrèce philosophe maudit est un mythe, qu’il faut « déconstruire » en revenant aux conditions de la production de son poème. Mais à force de démythologiser, ne court-on pas le risque de remythologiser ?