Georges-Arthur Goldschmidt

Un grand méconnu, Carl Seelig

L’éditeur Carl Seelig fait apparaître l’écrivain suisse Robert Walser dans toute l’originalité et la force convaincante de sa personnalité, à la fois singulière et si familière.

Le discours amoureux de Hölderlin

La correspondance entre Hölderlin et Susette Gontard réunie en Allemagne par Adolf Beck est aujourd’hui traduite partiellement en français.

Une jeunesse en Allemagne

Le livre des hirondelles ne raconte pas seulement la vie du militant socialiste révolutionnaire Ernst Toller, mais aussi celle de toute l’Allemagne et de son destin.

Rilke à l’origine

La nouvelle traduction par Sacha Zilberfarb des Lettres à un jeune poète est complétée par les lettres du destinataire de Rilke, Franz Xaver Kappus,

Un romantisme ouvert à la réalité du monde

Les derniers écrits du poète allemand Friedrich von Hardenberg, dit Novalis, sont traduits par Olivier Schefer. On y retrouve l’unité fondamentale entre science et poésie qui rend si originale et féconde cette œuvre.

Zweig, un engagé paradoxal

Un volume d’inédits montre la clairvoyance de Stefan Zweig, qui se conjugue au refus net de prendre part à l’action politique.

Claude Régy et le fond du théâtre

En 1978, puis en 1983, Claude Régy monte deux textes de Peter Handke. Leur traducteur en français, Georges-Arthur Goldschmidt, se souvient du travail avec le metteur en scène décédé le 26 décembre 2019.

Goldschmidt, traducteur du Nobel

« Pas un mot n'est perdu chez Peter Handke ». Georges-Arthur Goldschmidt rend compte de son expérience dans l'œuvre du prix Nobel de littérature 2019.