Gabrielle Napoli

Un exil de silence

Les sources se déroule dans le Cantal, dans des lieux et des paysages familiers aux lecteurs de Marie-Hélène Lafon. L’écriture y dévoile ce que ressentent les personnages mais ne perce pas leur épaisseur, ménage leur opacité.

La guerre des ménages

La réédition de La paix des ruches, de l’écrivaine suisse Alice Rivaz (1901-1998) donne l’occasion de redécouvrir une oubliée du XXe siècle, lucide, moderne, et radicale.

Kiev, l’autre guerre

L’oreille de Kiev d'Andreï Kourkov est le premier volume d’une trilogie consacrée à la guerre civile qui s’est déroulée en 1919 dans la capitale ukrainienne, alors déchirée entre trois camps.

Une autre carte de l’Ukraine

Dirigé par Iryna Dmytrychyn et Emmanuel Ruben, le volume d’Hommage à l’Ukraine rassemble des textes inédits signés de quatorze auteurs, qui répondent tous à une demande, raconter leur Ukraine.

Les traces des disparues

Les trois sœurs Kaminsky et les trois sœurs Korman ont passé ensemble sept mois de l’année 1943 entre Montargis, le camp de Beaune-la-Rolande et différents foyers à Paris. Les premières ont été sauvées, les secondes déportées. Cloé Korman raconte l’histoire de ces six petites filles juives.

Retour à Bucarest

Fontaine de Trevi de Gabriela Adameșteanu se déroule au cours d’une journée et entremêle la jeunesse roumaine de Letitia et son regard désormais averti sur ce passé qui n’est jamais complètement passé.

Le pays des chantiers navals

Avec De notre monde emporté, Christian Astolfi relate les dernières années des chantiers navals de La Seyne-sur-Mer et donne une voix à la parole ouvrière.

Annie Ernaux ouvre le temps

Avec Le jeune homme, Annie Ernaux montre comment le temps d’une existence, celui de l’écrivaine, prend corps dans l’écriture.

Oleg Sentsov, écrivain combattant

Les Récits d’Oleg Sentsov ont paru en France alors que le cinéaste ukrainien était emprisonné en Sibérie. Cinq ans après la parution en France de ce texte littéraire qui est aussi un texte de combat, il se bat pour défendre son pays contre l’invasion russe.

Un monde émouvant et mouvant

La beauté de La bouée tient au regard que Natacha Andriamirado porte sur le monde, sur les individus, et à la langue que l’écrivaine invente pour les raconter.

;