Un vrai théâtre politique

Il y a encore place pour un vrai théâtre politique : au Rond-Point, David Murgia interprète Laïka, pièce écrite et mise en scène par Ascanio Celestini ; à la Maison des métallos, le spectacle de Robin Renucci, La Guerre des salamandres, adapté du roman de Karel Čapek par Evelyne Loew, fait halte, au cours d’une longue tournée.


Ascanio Celestini, Laïka. Théâtre du Rond-Point, jusqu’au 10 novembre 2018

La guerre des salamandres. D’après Karel Čapek. Mise en scène de Robin Renucci. La Maison des métallos jusqu’au 28 octobre, tournée jusqu’au 29 mars 2019.


Au Rond-Point, sur le plateau exigu de la salle Jean Tardieu, un homme, David Murgia, en tenue de ville, costume noir et pull rouge, s’avance vers le public, au milieu de lampes de chevet en demi-cercle. À l’arrière-plan, comme à l’intérieur d’un petit théâtre encadré d’un rideau rouge, un accordéoniste, Maurice Blanchy est assis sur des caisses ; l’une d’elles va parfois servir de siège à l’interprète, le plus souvent debout dans son adresse aux spectateurs. Ceux-ci pourraient être les clients d’un bar en banlieue, auxquels le jeune homme raconte, de verre en verre, ce qui se passe à l’extérieur, dans l’immeuble en face, ce qui sans lui resterait inaperçu. À la fin de la journée, il continue de raconter à son colocataire, Pierre, qui pendant ce temps a fait les courses au supermarché. Maurice Blanchy incarne ce personnage, mais ne s’exprime que par son accordéon. Ses répliques sont prêtées à la voix de la grande Yolande Moreau et cette dissociation confère une résonance singulière aux propos les plus prosaïques.

L’habitué du bar fait lui-même partie de ces laissés pour compte de la périphérie, près du supermarché, de son parking et de son entrepôt. Mais il passe sa journée à donner la parole à ceux qui ne le prennent pas : le clochard, la prostituée, « la vieille au cerveau embrouillé »… Il les sort de leur présent réifié ; il rappelle par exemple le licenciement du manutentionnaire devenu ce clochard sous ses cartons. David Murgia désigne parfois, par un geste vers le fond du plateau, cet entrepôt où d’autres manutentionnaires africains font grève : manière d’insérer le microcosme du bar dans un ensemble plus vaste. Mais il limite sa gestuelle au bénéfice d’une intensité de l’adresse. Il se livre à des variations sur le texte, parfois répété à plusieurs reprises : sur la voûte céleste qui s’affaisse, qu’une main seule ne parvient pas à arrêter, sur la petite Laïka, emportée le 3 novembre 1957 à 2 h 30 du matin par le Spoutnik 2 du cosmodrome de Baïkonour : « L’être vivant le plus proche de Dieu était un chien. » Il évoque ainsi avec une grande douceur cet animal sacrifié, qui donne son nom à la pièce. Il change de registre pour la prostituée qui propose gratuitement ses services une fois par mois, comme les musées, qui fait brûler des pneus pour se réchauffer et en retrouve l’odeur imprégnée sur sa peau. Il fait parler la vieille femme dans un appareil imaginaire : « Mon fils est gentil, il est mort, il travaille en anglais au téléphone ». Mais toujours il suscite le rire aussi bien que l’émotion.

Ascanio Celestini, Laïka.

Ascanio Celestini dans « Appunti per un film sulla lotta di classe » au Teatro della Corte de Genève en 2007

Laïka a été créé en janvier 2017 au Festival de Liège, qui a, de longue date, contribué à la reconnaissance de l’artiste en dehors de son pays. La Belgique a accueilli aussi bien les spectacles en italien, interprétés par Ascanio Celestini lui-même, qu’en français par David Murgia, ou à double voix par Ascanio Celestini et Patrick Bebi, fils d’immigrés venus d’Ombrie en Wallonie, traducteur de Laïka. L’écrivain et l’interprète ont commencé leur collaboration avec Discours à la nation, présenté en 2015 au Rond-Point. Ils amorcent avec la pièce actuellement présentée une «  trilogie des bars », consacrée aux victimes invisibles du système. Souvent Ascanio Celestini enquête, mais il ne se contente pas du rendu des témoignages. Il procède toujours à une réécriture, à la construction d’un point de vue explicitement politique. Il pourrait se revendiquer du « théâtre de parole » de Pier Paolo Pasolini, qu’il admire. Il se situe dans la lignée de Dario Fo, de ce « théâtre-récit » italien, dont un autre bel exemple est donné actuellement avec Galilée, le mécano de Marco Paolini à la Reine Blanche (jusqu’au 28 octobre).

On souhaiterait qu’un spectacle aussi fort que Laïka puisse être vu par un public beaucoup plus large que celui du Théâtre du Rond-Point. C’est le cas de La Guerre des salamandres qui bénéficie d’une longue tournée, conformément à la vocation du Centre dramatique national itinérant dirigé par Robin Renucci, les Tréteaux de France. Le spectacle a été crée en juillet 2018 à Villeneuve en scène, pendant le Festival d’Avignon, sur l’autre rive du Rhône. Il n’est programmé qu’une dizaine de jours à Paris, à la Maison des métallos. Mais il va circuler de grandes salles, comme le TAP à Poitiers, en petits lieux, contraignants pour la conception de la scénographie. À la différence d’autres metteurs en scène, lancés, semble-t-il, dans une surenchère quant à la longueur des représentations (parfois sans entracte), Robin Renucci prend en compte la fatigue éventuelle des spectateurs, après une journée de travail, et la capacité d’attention du jeune public, à partir de dix ans. Il ne souhaitait pas excéder une durée d’environ une heure quarante-cinq et une distribution de sept comédiens.

Sa collaboratrice, la dramaturge Evelyne Loew, a accompli une véritable performance, en adaptant le roman de plus de trois cent trente pages, à partir de la traduction de Claudia Ancelot (Éditions La Baconnière, 2012). Elle a aussi réduit le nombre de personnages, même si les interprètes, certains permanents au Centre dramatique, entraînés aux contraintes des tournées, savent avec virtuosité passer d’un rôle à l’autre. Robin Renucci a choisi La Guerre des salamandres pour clore un cycle consacré, de 2015 à 2018, au même thème : « le travail, la richesse et la création de la valeur ». Le dérangement climatique ajoute une dimension prémonitoire à la dystopie de 1936, soulignée dans le programme : « L’esclavage auquel conduit la cupidité des hommes dans un capitalisme sans frein est au centre de l’œuvre où l’on peut lire aussi une fable écologique. » Mais fidèle à son choix de faire confiance à l’intelligence de son public, il n’a pas cédé à la tentation de l’actualisation ; ainsi l’inventivité anticipatrice de l’écrivain tchèque peut s’apprécier mieux encore.

Ascanio Celestini, Laïka.

© Jean-Christophe Bardot

Le Capitaine du Kandong-Bandong, Van Toch, a découvert sur une île lointaine de petits êtres jusque là inconnus, qui lui ont offert des perles, à qui il a donné des couteaux pour se défendre des requins. De retour à Prague, il cherche à financer sa prochaine expédition vers ses protégés. Par l’entremise de deux journalistes, il fait la connaissance d’un capitaine d’industrie, intéressé par le projet. L’industriel Bondy était déjà présent dans un précédent roman de Karel Čapek, La fabrique d’absolu (1922), ce qui est évoqué dans l’adaptation. Au delà du commerce des perles, il va vite imaginer l’exploitation de ces salamandres très prolifiques et très travailleuses, à qui de surcroît le capitaine a appris à parler. Après la mort du vieil homme, il crée une multinationale, le Salamander Syndicate : « Nous allons vendre nos salamandres à quiconque aura besoin de main-d’œuvre sous-marine. Ce sera ensuite un jeu d’enfant pour les entreprises d’amortir l’investissement. » (L’Avant-scène théâtre, décembre 2018, N° 1453-1454). Mais traitées quasiment comme des esclaves, les salamandres finissent par se révolter. Malgré une conférence internationale, les négociations avec Chief-Salmander « chef autoproclamé de toutes les salamandres du monde », des continents se retrouvent submergés. Dans le dernier chapitre du roman, l’auteur, en discussion avec lui-même, écrivait : « J’ai fait ce que je pouvais ; j’ai mis les hommes en garde, quand il était encore temps. »

Evelyne Loew a conçu son adaptation, en pensant aux membres de la troupe : Judith d’Aleazzo, Henri Payet ou Gilbert Epron, Solenn Goix, Julien Leonelli, Sylvain Méallet, Julien Renon, Chani Sabaty. Elle a dû imaginer des rôles pour les trois actrices. Par exemple elle a fait des deux journalistes masculins, un homme et une femme, un couple perturbé par leurs relations privées. Elle a créé des personnages de serveuses dans le petit café de Prague fréquenté par le capitaine. Elle les fait réapparaître sur l’île, dans le même numéro, mais en version exotique. Ces scènes de pur divertissement semblent de prime abord installer le spectacle dans un registre inattendu par rapport au roman. Mais Judith d’Aleazzo va vite passer du rôle de la serveuse à celui d’une femme porteuse des interrogations sur le sort réservé aux salamandres : « quand on devient insensible à la souffrance, c’est dangereux, et c’est très dangereux pour tout le monde. » Progressivement le spectacle permet de retrouver les véritables enjeux, que le journaliste Julian affronte les traders à propos des conditions de transport des salamandres et dénonce « les complices du sale trafic » ou que les actionnaires en chœur se disputent les parts d’un « marché fabuleux ». Et la perplexité initiale laisse place à la pleine adhésion à une performance autre que celle de l’adaptation, celle de sa représentation, dans l’espace scénique de Samuel Poncet, de la table d’un conseil d’administration à l’intimité d’un foyer autour d’une TSF des années 30, d’une plage idyllique à la paroi d’un aquarium où se laisseraient deviner des salamandres.

Monique Le Roux

Tous les articles du numéro 65 d’En attendant Nadeau

La carte des livres