Catherine Coquio

Le retour de Zuzanna Ginczanka

Zuzanna Ginczanka fait partie de ces grandes artistes presque inconnues. Il faut lire l'œuvre majeure de cette poète qui stupéfie par son génie précoce, la force et les intuitions d'une langue météorique, pour comprendre sa place dans la littérature polonaise aujourd'hui.

Imre Kertész : « Vivre et écrire le même roman »

Imre Kertész n'a pas remis en forme le cinquième volume de son Journal avant de mourir, en 2016. Pourtant, ses notes quotidiennes constituent un vrai livre. L'écrivain hongrois, prix Nobel 2002, fait toujours preuve de la même férocité à l'égard de lui-même que dans les autres volumes, mais aussi de la société post-communiste et de ce qu'il appelle « l’époque fasciste ».

La politique de Samira

Lettres à Samira, de Yassin Al Haj Saleh, raconte l’épreuve de la disparition : l'épouse de l'auteur, Samira Khalil, a été enlevée en décembre 2013 à Douma, et n’a jamais réapparu.

La Syrie existe

Catherine Coquio nous propose de parler de la Syrie, de regarder, à tous les sens du terme, ce problème en face. Par un texte fascinant à lire ici et par un événement d’une ampleur inégalée.

Le vertige

EaN publie un texte de Catherine Coquio, qu'elle a lu lors du colloque « Pierre Pachet, un esprit aux aguets », organisé à Paris 7.