Paul Bernard-Nouraud | Chronique Le vif de l’art.
Exposition Formes de la ruine
Sans titre, de la série Alep, Mathieu Pernot, (2021) tirage jet d’encre contrecollé sur aluminium, collection de l’artiste © ADAGP, Paris, 2023

Qu’y a-t-il sous les ruines ?

Notre chronique « Le vif de l’art » nous conduit au musée des Beaux-Arts de Lyon où vient de se tenir une exposition consacrée aux ruines.
Mark Rothko Louis Vuitton jusqu’au 2 avril 2024
De gauche à droite : « Untitled » (1960), « Blue, Orange, Red » (1961), « No. 14 » (1960), Mark Rothko © 1998 Kate Rothko Prizel & Christopher Rothko – Adagp, Paris, 2023

Mark Rothko : la peinture fait corps avec elle-même

La rétrospective consacrée à Mark Rothko à la Fondation Vuitton présente ses toiles en si grand nombre qu’on pourrait craindre que cette exposition ne les éteigne ou en atténue la puissance. Malgré l’accumulation, quelque chose de sa peinture résiste et le spectateur s’interroge tout autant sur la force de cette peinture que sur ce que signifie la regarder et s’y confronter vraiment. 
Ce que la Palestine apporte au monde 2023 - Institut du monde Arabe
« Un métro à Gaza », Mohamed Abusal © IMA

Un jour pourtant, un jour viendra

L’exposition « Ce que la Palestine apporte au monde », à l’Institut du monde arabe, montre ce qu’est un musée qui regarde son peuple et porte son regard vers d’autres peuples. Les œuvres laissent rêver au jour où la Palestine pourra se déclarer indépendante depuis son musée national d’art moderne et contemporain.
Nicolas de Staël Art à vif
« Femme assise », de Nicolas de Staël (1953) © ADAGP, Collection particulière / Jean-Louis Losi

De Staël, consumé et fulgurant

Soixante ans après sa mort et une première rétrospective, le musée d’Art moderne de Paris présente l’une des expositions les plus ambitieuses parmi les nombreuses consacrées à l’œuvre de Nicolas de Staël. L’artiste se sera consumé à force de fulgurances.

Château d'Oiron
Château d’Oiron (2023) © Paul Bernard-Nouraud

Le vif de l’art : Oiron et Fontevraud 

Notre chronique consacrée aux expositions d’arts visuels nous conduit aujourd’hui au château d’Oiron, dont la collection ne s’est pas suffisamment renouvelée, puis à l’abbaye de Fontevraud, qui accueille jusqu’au 24 septembre une exposition dédiée aux eaux-fortes de Rembrandt.
Le vif de l'art : Germaine Richier et Miriam Cahn
Vue de l’exposition « Ma pensée sérielle » de Miriam Cahn au Palais de Tokyo (17/02/2023 – 14/05/2023) © Aurélien Mole

« Quand je trouve une forme, je la détruis »

Notre chronique revient à Paris pour deux expositions du printemps : la première consacrée à la sculptrice française Germaine Richier (1902-1959), la seconde constituant la première grande rétrospective en France de l’œuvre de l’artiste suisse Miriam Cahn (née en 1949).

Le vif de l’art (18) : contrepoints à Marseille
Vue de la collection du [mac] – musée d’art contemporain de Marseille © Ville de Marseille

Contrepoints à Marseille

Inauguré en 1994, le musée d’art contemporain de Marseille, qui avait fermé ses portes pour travaux en 2019, vient de rouvrir au public. Cet évènement est l’occasion de redécouvrir les lieux et de déambuler dans un premier accrochage « quelque peu retors » qui s’intitule : « Parade : la collection et ses invité.e.s ».

Le vif de l’art : Vermeer, la lenteur de la matière
« Jeune femme assise devant un virginal » de Johannes Vermeer (vers 1670-1672)

Vermeer, la lenteur de la matière

De Johannes Vermeer (1632-1675), on connaît trente-sept tableaux. Au milieu des années 1990, la National Gallery de Washington et le Mauritshuis de La Haye en avaient présenté vingt et un ; puis, en 2017, le Louvre en avait exposé douze ; aujourd’hui le Rijksmuseum d’Amsterdam nous propose d’en contempler vingt-huit. Notre chronique s’est rendue dans la métropole hollandaise à la rencontre de cet événement.

Le vif de l'art (16) : Erwin Blumenfeld et Boris Mikhaïlov
Double autoportrait à la Linhof (Paris, 1938) © The Estate of Erwin Blumenfeld 2022

Deux photographes affranchis

Le musée d’art et d’histoire du judaïsme propose de suivre dans ses tribulations le photographe Erwin Blumenfeld. Le seizième épisode de notre chronique rapproche ses images de celles de Boris Mikhaïlov, journal intime collectif de l’Ukraine et de la ville de Kharkiv.
Le vif de l’art (15) : à Tourcoing, un beau Kaléidoscope
Exposition « Kaléidoscope » © Valentine Solignac

Étymologiquement correct

Le musée des Beaux-Arts Eugène-Leroy de Tourcoing propose un parcours original parmi ses œuvres autour du thème de la couleur avec l’exposition « Kaléidoscope » : un titre particulièrement bien choisi.
Le vif de l’art (14) : à la Biennale de Venise
Pavillon polonais © Marco Cappelletti

À la Biennale de Venise

Décalée d’un an à cause de la pandémie de Covid, la 59e Biennale de Venise s’est terminée à la fin du mois de novembre 2022. Le vif de l’art s’est rendu dans la cité des Doges pour observer les œuvres rassemblées par la commissaire Cecilia Alemani, a parcouru les 80 pavillons nationaux et fait un détour du côté du Palazzo Grassi pour l’exposition « Marlene Dumas open-end ».

Le vif de l’art (13) : retour sur Paris + Art Basel
Installation d’Ai Weiwei (Neugerriemschneider, 2022). Photo: Sebastiano Pellion di Persano © Neugerriemschneider, Berlin

Grand raout à Paris

Notre chronique s’est rendue à la première édition de Paris + Art Basel, foire de l’art contemporain qui s’est tenue au mois d’octobre au Grand Palais éphémère et a suscité un beau moment d’auto-congratulation. Elle donne pourtant l’occasion de s’interroger une nouvelle fois sur la façon dont la réception d’une œuvre d’art est déterminée par ses conditions d’exposition

Le vif de l’art (12) : à la Biennale de Lyon
« Fragments of a lost legacy 2007-2017 » de Munem Wasif. Objets trouvés en métal, papier, toile de jute, photographie et « Man Selling Jute » (2007-2017). Courtesy de l’artiste / Project 88. Avec le soutien de la Samdani Art Foundation, de Project 88. 16e Biennale d’art contemporain de Lyon. Usines Fagor © La Biennale de Lyon

À la Biennale de Lyon

D’ordinaire, les grandes manifestations d’art contemporain se signalent par la « force » des œuvres qu’elles rassemblent. Les commissaires de la seizième Biennale de Lyon ont au contraire décidé de manifester la « fragilité » des œuvres qu’ils exposent.

Contribuez à l’indépendance de notre espace critique
Le vif de l'art (11) : fondation LUMA, les nouveaux collectionneurs
Vue de la Fondation LUMA © Iwan Baan

Les nouveaux collectionneurs

Notre chronique de l’art contemporain se déplace à Arles, où la fondation LUMA s’est installée dans des bâtiments édifiés par Frank Gehry. L’occasion de s’interroger sur les ambitions des collectionneurs fortunés d’aujourd’hui.
Le vif de l'art (10) : la Nouvelle Objectivité donne à penser
« Jeune homme avec des gants jaunes » d’Anton Räderscheidt (1921). Galerie Berinson, Berlin © Adagp, Paris, 2022

La Nouvelle Objectivité donne à penser

L’exposition consacrée à la Nouvelle Objectivité et aux photographies d’August Sander est probablement l’une des plus denses qu’ait organisées le Centre Pompidou. L’une des plus passionnantes aussi par la question critique qu’elle pose : où se situe politiquement un art qui se veut objectif ?

Le vif de l'art (9) : Eugène Leroy, peintre du débordement
« D’après la Ronde de nuit » d’Eugène Leroy (1990). Collection particulière, France © Photo Jörg von Bruchhausen © ADAGP, Paris, 2022

Eugène Leroy, peintre du débordement

En ne peignant pas « à la manière de » mais avec sa matière propre, Eugène Leroy (1910-2000) oblige à regarder la peinture des maîtres des XVIIe et des XVIIIe siècles comme si elle était contemporaine de la sienne : une exposition présente son œuvre au musée d’art moderne de Paris.

Le vif de l'art (8) : à Nantes, une exposition exemplaire sur l'esclavage
Exposition « L’abîme » au Château des ducs de Bretagne © David Gallard/LVAN

Nantes : une exposition exemplaire

Le musée d’histoire de Nantes propose une exposition exemplaire à tous égards sur les relations historiques de la ville avec la traite esclavagiste. De manière suggestive, elle invite les visiteurs à penser cette activité commerciale comme un enchaînement, dans lequel des personnes, des biens et des images ont été pris et le sont demeurés longtemps.

Le vif de l'art (7) : United States of Abstraction, 1946-1964
« Towards Black », de Sam Francis (1950-1953). Paris, Collection de Bueil & Ract-Madoux © ADAGP, Paris, 2021 Photo : © Jean Louis Losi, Paris

L’abstraction américaine à Paris

Le musée Fabre accueille l’exposition « United States of Abstraction. Artistes américains en France, 1946-1964 ». En trois chapitres et une centaine d’œuvres, celle-ci souligne le rôle du critique d’art Michel Tapié dans la promotion de l’art américain en France, le renouveau de l’abstraction géométrique, et le travail des grands coloristes abstraits.

Le vif de l'art (5) : William Kentridge, à Villeneuve-d'Ascq
« Remembering the Treason Trial » de William Kentridge (2013). Photo Thys Dulaart © William Kentridge/Courtesy de l’artiste

L’aura des ombres

Le vif de l’art parcourt les salles du LaM de Villeuve-d’Ascq, où l’artiste sud-africain William Kentridge (né en 1955) a installé ses projections, déroulé son poème.
Le vif de l’art (6) : dans les galeries, avec Mark Tobey et Fred Deux
« Rive Gauche » de Mark Tobey (1955) Courtesy Jeanne Bucher Jaeger, Paris © Photo Jean-Louis Losi

Deux de la galerie

Deux artistes au programme de la promenade effectuée dans les galeries parisiennes : l’Américain Mark Tobey (1890-1976) et le Français Fred Deux (1924-2015).
Le vif de l’art (4) : en marche avec Alberto Giacometti
Carton d’invitation pour l’ouverture de l’exposition Giacometti à la Galerie Maeght, Paris, 8 Juin 1951. Fondation Giacometti © Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti/ADAGP)

En marche avec Giacometti

Pour la première fois, on peut voir ensemble les différentes versions de L’homme qui marche, sculptées par Alberto Giacometti en 1947 et en 1960. Le vif de l’art s’interroge sur la particularité de cette série de l’après-guerre, devenue le symbole d’une œuvre.

Le vif de l’art (3) : au Grand Palais, le retour d'Art Paris
Cactus #2 (2016) © Laurent Gapaillard

Retour d’Art Paris

Le vif de l’art s’est promené dans les allées d’Art Paris : la foire d’art contemporain marque le retour, provisoire, peut-être éphémère, d’événements qui avaient été annulés les uns après les autres.
Le vif de l'art (2) : dans les Fondations Van Gogh et Lambert
« Le miroir », d’Elina Brotherus (2000). Collection privée, Paris/Dépôt à la Collection Lambert, Avignon © Adagp, Paris, 2020

Dans les fondations

Après deux galeries parisiennes, Paul Bernard-Nouraud rejoint Arles et Avignon pour visiter les expositions temporaires de deux fondations, Van Gogh et Lambert.
Le vif de l'art : autour de la rue Saint-Claude, à Paris
II Mural, série « Reducción objetiva orquestada (2016-2021) » de Gabriel Rico (2020) © Diego G. Argüelles/Avec l’autorisation de l’artiste et Perrotin

Autour de la rue Saint-Claude

En attendant Nadeau, journal de la littérature et des idées, est aussi le journal des arts, de tous les arts. Paul Bernard-Nouraud visite des galeries, des foires d’art contemporain, des musées, à la recherche de matières à voir et à penser dans la vaste actualité des expositions. Première exploration dans le Marais parisien, rue Saint-Claude et rue de Turenne, chez ETC et Perrotin.

Paul Bernard-Nouraud | Chronique Le vif de l’art.