Des avantages de l’abolition de l’esclavage

Grand spécialiste de la traite négrière dont il a contribué à produire l’histoire si longtemps absente – c’est la littérature qui en fut longtemps la seule chroniqueuse –, Olivier Grenouilleau apporte une nouvelle contribution majeure, qui, comme toute nouvelle lecture du passé, ne manquera pas de diviser, voire de susciter la polémique.


Olivier Grenouilleau, La révolution abolitionniste. Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 512 p., 24,50 €


Cet historien le sait bien, l’un de ses précédents livres ayant fait l’objet d’une controverse déplacée, nourrie par les associations de descendants d’esclaves. Malgré les obstacles, Grenouilleau poursuit son travail d’historien en interrogeant cette fois le phénomène abolitionniste dans la perspective qui est la sienne depuis le début de ses recherches, celle de l’histoire mondiale. Le projet est donc très ambitieux ; il s’agit de réouvrir le dossier de l’abolitionnisme, trop rapidement fermé par des travaux consacrés à des facteurs uniques – pour les uns les grandes figures tels que Victor Schœlcher en France, pour les autres des éléments culturels. Grenouilleau veut comprendre ce « moment » commun aux nombreux États occidentaux à partir de la fin du XVIIIe siècle à travers l’histoire des idées et celle des relations internationales. Il veut croiser les analyses et montrer « la variété des sens que les acteurs du passé pouvaient donner à leurs actions ».

Dans ce but, et soucieux d’être le plus précis possible, l’auteur, dans cet imposant volume, commence par réaliser une première synthèse de la dynamique globale de l’abolitionnisme telle qu’elle a été jusque-là produite suivant les histoires nationales différentes mais aussi les perspectives historiographiques. Ce rappel est plus que nécessaire car il intègre non seulement le passé, l’Antiquité romaine, mais aussi l’ailleurs, le monde arabe ou le Japon par exemple. Cette approche comparée permet, dès la seconde partie, d’entrer de plain-pied dans une histoire connectée. Malgré les différences, les chronologies décalées, les modalités diverses (la guerre, comme aux États-Unis), les abolitionnismes finissent par l’emporter et se « raccrochent à des phénomènes plus structurels » (p. 196).

Olivier Grenouilleau, La révolution abolitionniste

Étude d’une vue du port de Bordeaux

C’est cette doctrine commune qui est l’objet de la seconde partie : l’auteur montre qu’elle est, contrairement à ce qui a souvent été avancé, radicale mais réformiste. Autrement dit, s’il y eut une « révolution » abolitionniste, elle s’est accompagnée partout de mesures compensatoires ; l’un des points forts de la démonstration de l’historien est le focus qu’il fait sur les indemnisations des planteurs esclavagistes (pp. 220-221), jusque-là très mal connues. Si le discours abolitionniste est possible, c’est que l’abolition apparaît comme relevant aussi de l’ordre et donc recevable par les conservateurs libéraux. En analysant ensuite, pour nourrir mieux encore sa thèse, la rhétorique à l’œuvre, Grenouilleau montre que l’argumentaire moral ne résiste pas face à l’argumentaire pragmatique des défenseurs de l’esclavage. Si la mise en représentation de la souffrance est toujours utilisée pour dénoncer la traite – l’esclavage est inhumain –, c’est un discours aux arguments économiques qui est le plus efficace. Un texte joue dans cette histoire un rôle central, l’Essai sur les désavantages politiques de la traite des nègres du Britannique Thomas Clarkson (1789). En abolissant l’esclavage, les marchés américain et surtout africain s’ouvriraient. Un nouveau commerce pourrait voir le jour qui serait très avantageux pour le royaume britannique : il permettrait de « civiliser » les Africains, d’accroître leurs besoins et donc les exportations de produits manufacturés. L’argument économique (jusque-là très peu relevé par les historiens) est essentiel car les abolitionnistes, par cette rhétorique, soulignent que « l’abolition ne peut être profitable que dans la collectivité dans son ensemble ». C’est non seulement une mesure juste mais utile.

Dans la dernière partie de l’ouvrage, Grenouilleau tente de comprendre comment cette révolution abolitionniste a été menée. Quels en ont été les acteurs ? y a-t-il eu des cercles d’influence privilégiés ? une internationale abolitionniste ? Mais l’historien se demande aussi comment cette révolution est compatible avec le développement de la colonisation et même si l’abolitionnisme n’a pas contribué à la légitimation de la colonisation. À la première série de questions, par l’exploitation de nombreuses sources imprimées pays par pays, il répond en soulignant l’importance dans ce combat de la Grande-Bretagne, qui est allée jusqu’à être l’artisan de la première cour arbitrale de la Haye en 1899 ; à la deuxième question, la plus problématique en fait, la plus intéressante à nos yeux, Grenouilleau répond par une série d’hypothèses qui pourront constituer des objets d’enquête à venir mais : « Ce qui est sûr est que les abolitionnistes ont fourni des alibis aux entreprises coloniales ».

Philippe Artières

À la Une du n° 37