Actualisation de Molière

Stéphane Braunschweig, directeur de l’Odéon-Théâtre de l’Europe, met en scène, pour la troisième fois, une pièce de Molière. Mais avec L’École des femmes, il fait plus précisément résonner son habituelle pratique de l’actualisation avec des thématiques d’époque.


Molière, L’École des femmes. Mise en scène de Stéphane Braunschweig. Odéon-Théâtre de l’Europe jusqu’au 29 décembre. Tournée jusqu’au 26 mai 2019.


Stéphane Braunschweig a mis en scène Le Misanthrope en 2003 et Tartuffe en 2008, déjà avec un de ses interprètes préférés, Claude Duparfait, dans les rôles d’Alceste et d’Orgon. Alors à la tête du TNS (Théâtre national de Strasbourg), il a réuni certains de ses écrits et des entretiens avec sa collaboratrice artistique, Anne-Françoise Benhamou, sous le titre Petites portes, grands paysages (Le Temps du Théâtre / Actes Sud, 2007). A plusieurs reprises, il y développe une affirmation, en apparence paradoxale, à propos des pièces du répertoire : « Toute mise en scène est une actualisation, (…) c’est venir parler avec un texte d’époque à un public d’aujourd’hui. » Il rappelle que Shakespeare, Racine, eux, faisaient œuvre originale à partir de réécritures, avant l’invention de la mise en scène, rendue possible par « une articulation profonde du passé avec le présent. » Il précise : « Le travail de la mise en scène s’inscrit exactement dans cette tension entre littéralité et recontextualisation, entre ce que le texte dit et ce qu’on dit ici et maintenant avec ce texte. »

Le choix de costumes contemporains constitue le procédé le plus visible d’actualisation, que Stéphane Braunschweig a déjà utilisé pour Le Misanthrope et Tartuffe. Mais dans un entretien antérieur à la création du spectacle, il déclare : « Le discours glaçant d’Arnolphe résonne de façon particulière avec la libération de la parole des femmes que nous vivons actuellement. » (La Terrasse, 23 octobre 2018). Plus récemment, à une question explicitement posée sur « l’émergence d’un nouveau féminisme, le mouvement #metoo », il répond : « Entre le moment où le projet s’est décidé et celui où on s’est mis à travailler, il y a eu le mouvement #metoo et, au-delà, une prise de conscience de ce que les femmes subissent. La manière dont cette actualité a percuté le projet a profondément influencé ma vision de la pièce et ma façon de la mettre en scène. » (Le Monde, 11 décembre 2018). Dans le programme de l’Odéon, il recourt à d’autres références : « L’amour d’Arnolphe pour Agnès et ses relents d’inceste évoquent la Lolita de Nabokov, tandis que le viol rôde comme dans la Viridiana de Bunuel. » L’histoire d’Arnolphe, sur le point de se marier avec celle qui lui inspira de l’amour dès ses quatre ans, qu’il enferma dans un couvent pour en faire une épouse selon ses vœux, justifie ces rapprochements.

Molière, L’École des femmes. Mise en scène de Stéphane Braunschweig

© Elizabeth Carrecchio

D’entrée s’affirme la volonté de confronter le public à un contexte contemporain, le plus décalé possible par rapport aux alexandrins, pleinement respectés. À la première scène, Arnolphe, en maillot et short, bras et jambes nus, pédale, en compagnie de son ami Chrysalde (Assane Timbo), sur les vélos d’une salle de sport. Rhabillé, en costume gris, chemise blanche, cravate rayée, il doit longuement attendre l’ouverture de la porte par ses serviteurs (Laurent Caron) et Georgette (Ana Rodriguez), dont la tenue laisse aisément deviner la raison du retard. Puis il va serrer de près Agnès, allongée sur son lit, légèrement vêtue ; enfin il fait la rencontre d’Horace (Glenn Marausse), jeune écervelé en blouson, jean et tennis. A la fin du premier acte, le ton est ainsi donné, jusqu’à ce que la magnifique scène de déclaration, à l’acte V, réserve la surprise d’un Arnolphe, pantalon sur les mollets et main dans le slip.

Claude Duparfait, aussi bien en Alceste qu’en Orgon, a déjà montré son grand art d’incarner les êtres angoissés, de faire rire et d’émouvoir. Il ajoute cette fois des traits de psychopathe qui rappellent des faits divers récents, suggèrent un instant l’éventualité d’un viol. Tout en muscles et en nerfs, il n’évoque pas vraiment Humbert Humbert ; Suzanne Aubert, elle, fait inévitablement penser au personnage de nymphette créé par Nabokov, qu’elle reste enfermée dans sa cage de verre, qu’elle bondisse sur le vélo ou dans les bras d’Alceste, brièvement victime d’un quiproquo à propos du projet de mariage. Ancienne élève du TNS, interprète, entre autres spectacles, dans Le Canard sauvage d’Ibsen, monté par Stéphane Braunschweig, dans trois mises en scène de Jean-Pierre Vincent, elle éblouit tout au long du parcours d’Agnès. La vidéo (de Maïa Fastinger), souvent superflue dans d’autres cas, la montre superbement, en gros plan, dans sa solitude, la compagnie du « petit chat », ses jeux inquiétants avec de grands ciseaux, la lecture de la lettre à son amoureux. Et les fameuses maximes du mariage, déchiffrées entre incrédulité et fou rire, constituent un moment rare de théâtre.

À condition d’adhérer au parti pris d’actualisation, tel qu’il est mis en œuvre, le spectacle, d’une grande cohérence et d’une grande maîtrise, ne manque pas de convaincre. On peut néanmoins préférer d’autres approches de Molière. Jean-Pierre Vincent, par exemple, a fait coexister lutte de classes et guerre des sexes, a montré un beau personnage de femme en quête de liberté, avec un Georges Dandin explicitement situé dans une province éloignée de la cour de Louis XIV. Il a créé le spectacle en février dernier à Vire, au Théâtre du Préau, dont le codirecteur incarnait le protagoniste. Il l’a ensuite présenté, avec un égal succès, au cours d’une très longue tournée, avec seulement une brève halte en région parisienne, à la MC 93 (Maison de la Culture de Bobigny). Le grand Peter Stein, fondateur de la Schaubühne de Berlin, n’a pas connu une réception comparable pour Tartuffe, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, si ce n’est de la part du public. Il abordait pour la première fois le théâtre classique français, l’alexandrin ; il répondait au souhait de Jacques Weber de jouer Orgon et avait associé Pierre Arditi dans le rôle-titre. Il avait eu le mauvais goût de déclarer n’avoir aucune vision de la pièce, vouloir juste transmettre le sens. (Le Monde, 14 septembre 2018). Il a pourtant réussi un spectacle d’une grande rigueur et il va récidiver, à partir de févier 2019, avec Lambert Wilson dans Le Misanthrope au Comédia-Théâtre libre.

Monique Le Roux

Tous les articles du numéro 69 d’En attendant Nadeau