La date qui manque

Bruno Dumézil, spécialiste du haut Moyen Âge, réalise un essai d’histoire événementielle réussi sur le baptême de Clovis. En interrogeant avec finesse le jeu sans fin des datations, le livre parvient surtout à synthétiser bien des enjeux d’une période méconnue malgré des décennies de travaux historiens qui en ont bouleversé la compréhension.


Bruno Dumézil, Le baptême de Clovis. 25 décembre 505 ? Gallimard, coll. « Les journées qui ont fait la France », 320 p., 22 €


L’ancienne collection des « Trente journées qui ont fait la France » avait marqué la première incursion des éditions Gallimard dans les publications historiques avec un étonnant Désastre de Pavie confié à Jean Giono. Le baptême de Clovis constituait le terminus a quo de cette collection dans un essai de Georges Tessier qui, en 1964, laissait déjà en question la datation de cette plongée du roi mérovingien dans les eaux chrétiennes. En confiant à Bruno Dumézil le soin d’actualiser la question de cet événement en forme d’image d’Épinal, la collection permet de témoigner d’un demi-siècle d’études qui ont profondément bouleversé notre compréhension de cette période charnière pour un Occident qui n’est pas encore tout à fait chrétien.

Bruno Dumézil, Le baptême de Clovis. 25 décembre 505 ?

Baptême de Clovis, bas-relief par A. Friederich (1827) © Gallica/BnF

La première surprise offerte par l’essai de Bruno Dumézil serait d’ailleurs celle de sa propre parution : pourquoi, dans une collection grand public, consacrer encore un essai à un événement dont l’existence mémorielle et intellectuelle est de plus en plus marginalisée ? En 1996, la célébration officielle de l’anniversaire des quinze siècles du baptême fut la dernière occurrence de débats, moins houleux et idéologiques qu’ils ne le furent jadis, consacrés à la question. L’imagerie nationale imposée, notamment, par les manuels scolaires de la IIIe République ne figure plus dans les programmes scolaires, la référence s’éteint dans le champ politique, et la fameuse sentence de Marc Bloch : « Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France : ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération » accuse le poids des ans. Cette évolution mémorielle, le livre la déconstruit avec force et efficacité, en rappelant qu’un tel oubli s’est produit de nombreuses fois au cours du millénaire et demi qui nous sépare du règne de Clovis et qu’un éventuel retour de ce récit stéréotypé dans les discours contemporains n’a rien d’impossible.

La dévaluation mémorielle du baptême est cependant aussi affaire historique. Sa date douteuse repose sur les nombreuses lacunes dans les sources permettant de comprendre et de situer le fameux événement ; d’où une datation fluctuant en fonction des auteurs et des époques d’un Noël à l’autre de la période 496-511. Ces lacunes invitent Bruno Dumézil à un essai brillant d’histoire événementielle, selon une démarche maintenant bien établie depuis au moins Le dimanche de Bouvines de Georges Duby : un récit remarquablement lacunaire et jamais de première main, une postérité profuse et décalée dans la chronologie (le baptême n’étant utilisé par ses successeurs qu’environ un siècle après la mort de Clovis), et surtout la restitution synthétique d’un contexte politique, social et culturel qui sert in fine un propos fonctionnant aussi comme une mise en abime enjouée du travail et du jeu historique. Car il s’agit bien selon Bruno Dumézil d’un jeu : « L’enjeu existe bel et bien, mais dater le baptême constitue aussi un jeu. Nous avons maintenant tous les éléments pour y participer. »

Bruno Dumézil, Le baptême de Clovis. 25 décembre 505 ?

Baptême de Clovis, par Maître de Saint-Gilles (XVe siècle)

Ce jeu autour de la date livre une entrée particulièrement enthousiasmante vers le monde bouleversé de l’Antiquité tardive et d’un haut Moyen Âge dont on a redécouvert il y a déjà quelques décennies la complexité (permanence des structures symboliques, sociales et politiques romaines, christianisation progressive des peuples païens, genèse du pouvoir mérovingien, jusqu’à la délicate géopolitique entre les royaumes de l’ancien Empire romain et Byzance). Les pages les plus captivantes pour le profane font ainsi pénétrer dans ce monde si lointain d’après la pax romana, où survivent, puissantes, des familles sénatoriales romaines telles que celle d’Avit de Vienne (source première pour le baptême) qui s’associent avec les rois dits barbares autour d’une foi chrétienne dont l’orthodoxie et les institutions sont encore en train d’être définies.

Ces pages érudites mais exposées dans une écriture alerte et enlevée fournissent une matière sûre pour dépassionner une histoire de France – ou plutôt de Francie – malgré tout encore soumise à des révisions curieuses de nos jours, notamment en termes de roman national et d’« identité ». L’essai démontre, s’il en était besoin, la déconnexion croissante des études actuelles avec toute question des « origines » du pays, qu’elles soient religieuses, ethniques ou politiques : « la construction politique et territoriale paraît bien peu aboutie au début d[u] règne [de Clovis]. Mais la question de l’ethnicité qui obsède les historiens actuels ne passionnait que modérément les hommes du Ve siècle ».

Raconter à nouveau un événement mis en récit presque sans discontinuer depuis quinze siècles est un défi que Bruno Dumézil relève avec force et talent, permettant de croire que de nouvelles générations de lecteurs pourront encore vibrer, sans passion nationale aucune, au souvenir du sacre de Reims.

Tous les articles du n° 94 d’En attendant Nadeau

;