Notre choix de revues (5)

Fondée en 2016, la passionnante revue Mémoires en jeu interroge avec une grande liberté intellectuelle et un foisonnement formel le travail de la mémoire. Bienvenue, Hommes & migrations, la revue du Musée national de l’histoire de l’immigration, entreprend de penser les dispositifs qui s’inventent entre l’islam et les institutions. Dans un même souci d’actualité, RECEO s’emploie à faire le point sur les révolutions conservatrices qui traversent l’est du continent européen ; une nouvelle revue de psychanalyse, Psyché, tente de concevoir la parentalité aujourd’hui. Toujours remarquablement illustrée, La Femelle du requin publie un long entretien avec Laura Kasischke, auteure américaine qui ne cesse de secouer ses lecteurs.

Mémoires en jeu, n° 3

Revues Mémoires en jeu En attendant NadeauQu’il s’agisse de travailler sur la mémoire ou de travailler avec la mémoire, qu’il s’agisse des enjeux qu’elle soulève périodiquement, de son usage ou encore de ses rapports avec le récit historique, l’émergence de la mémoire dans l’espace public comme dans le champ universitaire ne cesse de se confirmer depuis plusieurs décennies. Le besoin d’une revue qui lui soit entièrement consacrée se faisait sentir et tout porte à croire que Mémoires en jeu le satisfera.

Fondée en 2016 par Philippe Mesnard, la revue publie ce printemps son troisième numéro. Pour être à la hauteur de ses ambitions, il lui fallait associer des collaborateurs d’horizons et d’approches différentes. Sont donc réunis autant de critiques littéraires que d’historiens, universitaires ou indépendants, des écrivains, des témoins ou des journalistes. Décloisonner les disciplines est en effet l’un des principes directeurs de Mémoires en jeu. Pour cette revue d’un genre inédit, la « révolte des mémoires » à l’encontre de l’histoire académique n’a pas plus de raison d’être que le regard surplombant de l’historien veillant sur le récit mémoriel. Il fallait sortir de cette logique « de guerre » en admettant que le témoignage traverse tous les genres et, de ce point de vue, la contribution des littéraires à l’élévation du débat a été décisive. (Tant mieux car, il n’y a pas si longtemps, j’entendais encore un historien du contemporain qui, se croyant spirituel, déclarait ne pas croire à l’apport de la mémoire puisqu’il était incapable de se souvenir de ce qu’il avait mangé la veille…) Revue indépendante, Mémoires en jeu n’est adossée à aucune institution académique ou à aucun milieu de mémoire, une condition souhaitable pour respecter son deuxième principe directeur : diffuser une parole plurielle, voire contradictoire, pour laisser s’exprimer les enjeux de société.

La diversité des approches comme celle des rubriques font de Mémoires en jeu une revue « foisonnante ». Pour autant, elle ne traite aucun sujet à la légère. Il s’agit à chaque fois d’articles de fond (ainsi, dans son premier numéro, cette confrontation des mémoires du Goulag entre Soljenitsyne et Chalamov), de transcriptions d’entretiens où l’on prend son temps (de la critique littéraire Gayatri Chakravorty Spivak, du sculpteur Haïm Kern, de l’historienne Catherine Gousseff, du l’homme de théâtre Bernard Bloch), de dossiers fournis (Le fils de Saul : dernier film sur Auschwitz), ou encore le tourisme mémoriel (dark tourism) au Rwanda et ailleurs, de comptes rendus de lecture argumentés, de critiques d’expositions, de sites mémoriels (Austerlitz, Belchite, Custoza, le musée de Gdansk, Drancy), de films (Frantz), à titre indicatif de l’ampleur de l’éventail. Aucun lieu vecteur de mémoire n’est laissé à l’abandon. Un sérieux qui pourrait intimider si la qualité de la fabrication et les illustrations n’étaient pas là pour rendre plus aisée la lecture.

On ajoutera que le site (www.memoires-en-jeu.com) de la revue donne encore plus de place à des entretiens, articles et vidéos ou galeries de photos. Un dernier point est enfin à noter : signe de la volonté de son ouverture, la revue publie également des articles en anglais. On peut espérer qu’elle le fera à l’avenir pour des textes parus en d’autres langues. Cela l’aiderait à s’imposer par-delà les frontières dans le champ des études sur les enjeux de société inlassablement suscités par la mémoire. S. C.

Mémoires en jeu. Enjeux de société / Memories at stake. Issues of society est une revue disponible au numéro (15 €) ou par abonnement (35 € l’année). Informations en suivant ce lien.

Psyché, n° 1

Revues Psyché En attendant NadeauUne nouvelle revue de psychanalyse. Le champ psychanalytique n’en manquant pas, difficile de savoir s’il faut s’en réjouir, mais ne fermons pas les portes, d’autant plus que celle-ci, fort bien éditée, dirigée par Roger Perron et Sylvain Missonnier, manifeste avec ce premier numéro une ouverture sur un thème d’actualité, celui des « Métamorphoses de la parentalité », auquel les psychanalystes, quelle que soit leur orientation, ne s’intéressent que fort timidement. Plus généralement, perspective des prochains numéros, la revue vise à se saisir des transformations qui affectent notre société, des questions qui en résultent dans la vie des sujets pour en cerner les retombées en psychanalyse, nouvelles approches et remises en question. M. P.

Le premier numéro de Psyché (15 €) est disponible en librairie. Pour plus d’informations, visiter le site de L’Herne.

Hommes & migrations, n° 1316

Revues Hommes et Migration En attendant NadeauParmi les nombreuses publications sur les migrations, on doit se reporter au dernier numéro d’Hommes & migrations, la revue du Musée national de l’histoire de l’immigration, consacré à l’islam en Europe. On y découvre la diversité, depuis le Moyen Âge, de la présence musulmane sur l’Ancien Continent. Selon Christophe Bertossi et Catherine Wihtol de Wenden, qui ont conçu ce dossier, les chercheurs s’intéressent depuis longtemps « aux relations entre l’islam et les valeurs de citoyenneté en Europe », ils ont mis en évidence les « multiples aménagements et compromis que les musulmans et les institutions ont dû inventer ». Or, plusieurs études de ce dossier s’attachent à comprendre comment la politisation de l’islam, ces derniers temps, a modifié la situation. Elle a fait du « débat sur l’avenir de la citoyenneté et de la démocratie dans les sociétés d’immigration en Europe occidentale un débat sur la place de l’islam et des musulmans ».

Ces articles ne se limitent pas au cas français, représenté notamment par une passionnante monographie de Wilfried Serisier sur « Les politisations de l’islam local. Le cas de la Seine-Saint-Denis », dans les années 1990, avec l’apparition d’un « vote musulman ». En Belgique, après « quarante ans de reconnaissance et d’altération de l’islam », on assiste aussi, selon Hanifa Touag, à la « montée récente d’un problème musulman », à une stigmatisation inquiétante. Dans tous les pays évoqués – l’Italie, les Pays-Bas, la Suisse, l’Allemagne –, c’est le même constat, avec « la construction d’un discours sur l’islam et le musulman comme point limite de la démocratie », qui renforce les « frontières symboliques », et l’intolérance. Chaque auteur s’efforce de comprendre comment cela est devenu possible. On trouvera également des expériences de dialogues, de réintégration à l’école ou dans des quartiers, en Italie (Annalista Frisina), en Suisse (Geneviève Mottet) ou en Allemagne (Maïtena Armagnague et Simona Tersigni), mais l’impression générale qui se dégage de cette lecture n’est guère rassurante. J-Y. P.

Le sommaire du n° 1316 (15 €) est consultable en ligne.

RECEO (Revue d’études comparatives Est-Ouest), vol. 47 / n° 4

Revues Receo En attendant NadeauLa trop académique RECEO nous offre dans sa dernière livraison des réflexions originales sur les révolutions conservatrices en Europe centrale, représentées principalement par la Hongrie de Viktor Orban et la Pologne des frères Kaczynski. Pour Frédéric Zalewski, qui a coordonné ce dossier, il faut sortir du « lieu commun académique » qui sert le populisme à toutes les sauces, et trouver une caractérisation plus rigoureuse de ces régimes. Il se rallie au concept guère plus précis de « démocratie illibérale », à la mode chez les politologues américains et repris par Orban lui-même. Ce qui ne l’empêche pas de nous donner une brillante analyse des recompositions de la droite polonaise, surtout du parti Droit et Justice de Jaroslaw Kaczynski, « Dans le système culturel du postcommunisme », portrait de son personnel, de ses visions du monde, de ses mythes et de son projet, qui permet de mieux comprendre ses succès électoraux.

Cette étude pertinente est complétée par un texte important d’Andrzej Leder, philosophe polonais inspiré par la psychanalyse lacanienne, auteur d’un essai remarqué en Pologne sur ce qu’il nomme la « révolution des somnambules ». Il y présente une approche inédite de l’histoire du XXe siècle polonais pris sur la longue durée : « J’affirme qu’une vraie révolution sociale a eu lieu en Pologne au cours des années 1939-1956. Cruelle, brutale et imposée de l’extérieur, mais révolution tout de même. Cette révolution a labouré en profondeur le tissu de la société polonaise, créant les conditions de l’expansion actuelle de la classe moyenne, c’est-à-dire tout simplement de la bourgeoisie. Ce qui signifie à son tour que c’est précisément cette révolution qui a créé les conditions du changement de mentalité des Polonais à l’œuvre à l’heure actuelle et qui est peut-être le changement le plus profond auquel on ait assisté depuis des siècles ; la distanciation d’une mentalité définie par le village et le manoir au profit d’une mentalité déterminée par la ville et le mode de vie urbain. » Il retient deux événements marquants pendant cette « révolution » : l’annihilation des Juifs durant la  Shoah et la destruction de la noblesse terrienne sous le stalinisme. Approche ambitieuse d’une l’époque, pas toujours convaincante, trop polono-centrée, mais très stimulante pour qui veut réfléchir sur cette histoire. La richesse de ce numéro de RECEO est confirmée par deux excellentes études (en anglais) sur les extrêmes droites en Hongrie et en Pologne.  J-Y. P.

Pour plus d’information sur la Revue d’études comparatives Est-Ouest, consultez le site de la revue.

La Femelle du requin, n° 47

Revues Femelle du requin En attendant NadeauDeux dossiers dans la dernière livraison de La Femelle du requin : l’un sur Laura Kasischke, rencontrée longuement lors du Festival America, l’autre sur Didier Blonde, passeur de frontières encore trop méconnu. Reconnue en France comme romancière, Laura Kasischke est célébrée aux États-Unis comme poète. Le long entretien avec elle révèle les raisons intimes et géographiques pour lesquelles ses livres secouent à ce point leurs lecteurs. Le dossier est accompagné de belles photos de Jean-Luc Bertini.

Didier Blonde, l’auteur de Baudelaire en passant, de L’inconnue de la Seine et, plus récemment, de Leïlah Mahi 1932 est un enquêteur et un flâneur. Il livre avec modestie et sincérité ce qui fait sa vie en littérature et ses déclencheurs d’écriture : Arsène Lupin et le bottin, les rues de Paris et ses sous-sols.

Les deux dossiers sont accompagnés de lectures inspirées de différents textes des deux auteurs. Et en compagnie de proses inédites de Mathieu Brosseau, Élodie Roy, Jessica Desponds et Joe Zerbib. T. S.

La Femelle du requin, n° 47, 10 € Pour plus d’informations, suivez ce lien.

En attendant Nadeau

À la Une du n° 33