Pierre Benetti

La langue coupée

Dans le prolongement de Crue, Philippe Forest donne à lire une sorte de fable sur la perte et la redécouverte du langage, le rapport profond, paradoxal, qui s’instaure entre la langue et l’oubli.

Avalé par Faulkner

« Par crainte, paresse, réflexe de survie, j’ai interrompu la voix. Après cette erreur fatale, impossible de reprendre le fil de Faulkner. »

Vivre au milieu des ruines

Deux fleuves traversent Au cœur des ténèbres de Conrad. Le narrateur appelle le premier « le vieux fleuve » : c’est la Tamise. Le deuxième, « le grand fleuve », est le Congo.

Défier la langue

Zabor ou les psaumes, le deuxième roman de Kamel Daoud, a l’ambition explicite de concurrencer et de remplacer le texte religieux. C’est dire à quel point le journaliste algérien n’abandonne pas l’audace de son questionnement.

Traduire la guerre

En temps de guerre, les mots les plus simples deviennent difficiles à traduire, et le poids dont ils pèsent sur le conflit et sur le récit qu’on en fait n’est pas plus innocent qu’anodin.

Vu d’autres pays

Premier étape de cette nouvelle chronique, Kinshasa, pour un entretien avec Fiston Loombe Iwoku, fondateur de la revue La Plume vivante.