Numéro 144

Ulysse : un siècle, le monde entier

James Joyce Ulysse En attendant Nadeau Tiphaine Samoyault

Sylvia Beach et James Joyce à la librairie Shakespeare & Company au moment de la sortie d’ « Ulysse » (1922) © Courtesy of Princeton University Library

Le 2 février 1922 paraissait Ulysses en anglais, à Paris. James Joyce avait quarante ans ce jour-là. Nous fêtons donc aujourd’hui les 140 ans de l’écrivain, et le centenaire de son plus célèbre roman. Tiphaine Samoyault, qui a participé à la retraduction collective d’Ulysse en 2004, présente les raisons d’un succès mondial et signale la republication d’un essai de Philippe Forest ainsi qu’un passionnant numéro de la revue Europe.
Lire la suite…
par Tiphaine Samoyault

Edith Bruck, mémoire vivante

Le pain perdu Edith Bruck En attendant Nadeau

© Éditions du Sous-Sol

Edith Bruck a fait de l’existence un « devoir » : celui de continuer à vivre, à témoigner. Née en 1932 en Hongrie, déportée à Auschwitz à l’âge de douze ans, vivant en Italie depuis 1954, cette femme admirable le montre dans les livres qu’elle écrit en italien et qui nous arrivent ensemble en français. Son plus récent récit autobiographique, Le pain perdu, est à lire avec un autre paru en 1959 et une anthologie de poèmes.
Lire la suite…
par Gabrielle Napoli

Molière déshabillé

Molière Comédie-Française Tartuffe En attendant Nadeau

Julien Frison, Denis Podalydès et Christophe Montenez dans « Le Tartuffe ou l’Hypocrite », salle Richelieu © Jan Versweyveld

La célébration des 400 ans de la naissance de Molière s’ouvre en fanfare avec un spectacle exceptionnel : la mise en scène par Ivo van Hove de la première version de Tartuffe, en trois actes. L’anniversaire se poursuit avec des livres : La riposte de Molière, de Paul Audi, et Molière. La fabrique d’une gloire nationale, de Martial Poirson.
Lire la suite…
par Dominique Goy-Blanquet

Nantes : une exposition exemplaire

Le vif de l'art Esclave à Nantes Exposition

Exposition « L’abîme » au Château des ducs de Bretagne © David Gallard/LVAN

Le musée d’histoire de Nantes propose une exposition exemplaire sur les relations historiques de la ville avec la traite esclavagiste. De manière suggestive, elle invite les visiteurs à penser cette activité commerciale comme un enchaînement, dans lequel des personnes, des biens et des images ont été pris et le sont demeurés longtemps.
Lire la suite…
par Paul Bernard-Nouraud

Ce que l’on n’entend pas s’énonce clairement

Louise, la narratrice du premier roman original, drôle et sensible d’Adèle Rosenfeld, est en train de passer d’une surdité moyenne à une surdité profonde, et va peut-être se faire poser un implant. En attendant, elle passe « du statut de poète à celui de demeurée » et commence à vivre une histoire d’amour.
Lire la suite…
par Natalie Levisalles

Grâces de la rédaction

Trente-quatre nouvelles composent La Terre et son satellite de Matteo Terzaghi, premier livre de l’écrivain suisse traduit en français. Elles prennent pour point de départ de multiples sujets, semblent n’avoir aucun rapport les unes avec les autres sauf leur narrateur, que l’on devine être l’auteur à des âges différents. Ce recueil possède bien des grâces, peut-être même toutes.
Lire la suite…
par Claude Grimal

Caix d’Hervelois, compositeur et spéculateur

Dans son nouveau disque, le grand ensemble baroque La Rêveuse enregistre des pièces d’un compositeur méconnu, Louis de Caix d’Hervelois (1677-1759). Un élève de Marin Marais, expert en spéculation immobilière, et grand défenseur de la viole de gambe, de plus en plus concurrencée par le violoncelle à son époque.
Lire la suite…
par Adrien Cauchie

Murakami intime

Abandonner un chat, Première personne du singulier : Murakami intime

Haruki Murakami © Jean-Luc Bertini

Parmi les thèmes de l’œuvre abondante d’Haruki Murakami, l’un des plus représentés est celui de l’identité. Alors que l’écrivain japonais vient de dépasser la soixante-dixième année, l’interrogation se fait plus explicite, plus anxieuse aussi, comme en témoignent ses deux derniers livres : Abandonner un chat, où il revient sur la relation conflictuelle avec son père, Première personne du singulier, qui rassemble huit nouvelles.
Lire la suite…
par Maurice Mourier

Les prisonniers restent, leurs paroles volent

L'envolée : les prisonniers restent, leurs paroles volent

Premier numéro de « L’Envolée » (juin 2001) © L’Envolée

Manifestes et écrits personnels, textes collectifs et individuels sont rassemblés dans La peine de mort n’a jamais été abolie, une anthologie des textes publiés depuis plus de vingt ans par L’Envolée, journal de détenus qui s’inscrit dans une perspective abolitionniste.
Lire la suite…
par Philippe Artières

La vie en creux

La narratrice du Caillou noir accompagne sa mère au cours de ses derniers jours, dans le service de soins palliatifs d’un EHPAD bourguignon. Nathalie Piégay signe un livre admirable, qui reste toujours à la hauteur de l’humilité de son sujet, la maladie destructive et la mort d’une mère dont la vie a été modeste.
Lire la suite…
par Tiphaine Samoyault

Bergson est-il
un philosophe ?

Ses adversaires lui concédaient un beau style, mais considéraient que sa philosophie ne valait pas plus qu’un bon roman. Bruno Clément les prend au mot : Bergson est bien un écrivain, et on a eu raison de lui donner le prix Nobel de littérature. Mais s’il avait existé un Nobel de philosophie, l’aurait-il obtenu ?
Lire la suite…
par Pascal Engel

;