Philosophie

Heidegger contre Heidegger

Nicolas Weill analyse les Cahiers noirs avec précision et subtilité, montrant qu’on peut y percevoir la nature profonde de la pensée d'Heidegger et son adéquation avec le nazisme.

Une amère vigilance

Les essais de Benjamin Fondane interrogent la place de l’artiste et du penseur dans le monde. Une réflexion d’une lucidité salutaire.

Par-delà vie et mort

Georg Simmel considérait Intuition de la vie comme son testament. Enfin traduit en français, ce livre très ardu rassemble quatre essais sur la métaphysique.

Livre géant

La nouvelle édition, phénoménale, du Capital de Karl Marx, remaniée et annotée par Thomas Kuczynski, est un modèle de sérieux scientifique.

Esther et la survivance

En faisant appel à tous les outils des sciences sociales, Danny Trom analyse les textes rabbiniques pour mieux penser la question politique de l’existence d’Israël.

De la sottise à la bêtise, et retour

Deux courts et profonds essais de Kevin Mulligan et de Maurizio Ferraris élèvent la philosophie de la bêtise d’un cran. Ils diagnostiquent l’essence de la sottise comme révolte contre la raison.

De la bêtise en philosophie

Heidegger a dit, à propos de son engagement précoce et entier dans le nazisme : « Ce fut la plus grosse bêtise de ma vie ». Une simple « embardée » comme aiment à dire les heideggériens de Paris. Être philosophe n'immunise pas de la bêtise.