Dante, 1321-2021

De Francesca à Béatrice. À travers la Divine Comédie, de Victoria Ocampo

Portrait de Dante © Jean-Luc Bertini

Victoria Ocampo lectrice de Dante

Le 14 septembre 1321 disparaissait à Ravenne le poète toscan Dante Alighieri, le père de la Divine Comédie. Une œuvre dont l’Argentine Victoria Ocampo proposait, il y a exactement un siècle, une lecture subjective en français, De Francesca à Béatrice, rééditée aujourd’hui.
Lire la suite…
par Marc Lebiez

Pavé de bonnes intentions

Antoine Brea propose une traduction « familière » de L’Enfer, dans laquelle il entend respecter la tierce rime et la métrique, la liberté de ton et l’inventivité linguistique qui caractérisent le texte de Dante. Mais les bonnes intentions ne font pas tout…
Lire la suite…
par Santiago Artozqui

Daniel Lefort dialogue avec Dante

Un volume des Lectures politiques de Daniel Lefort met en évidence la pluralité de celles-ci, au centre desquelles apparaît la figure de Dante. Car le poète de la Divine Comédie fut aussi, en latin, un théoricien politique comparable à Machiavel et à La Boétie.
Lire la suite…
par Marc Lebiez

L’expérience du Paradis

Confiné, l’écrivain Yannick Haenel a lu la dernière traduction en français du Paradis de Dante par Danièle Robert. Parce que cette période a nécessité d’inventer de nouveaux rapports avec la lecture et l’écriture, il confie à EaN la difficulté et la joie de son expérience : la lecture de La Divine Comédie invalide l’idée selon laquelle la littérature ne pourrait avoir d’existence par temps de détresse.
Lire la suite…
par Yannick Haenel

Un banquet très imparfait

Irène Rosier-Catach, spécialiste de l’œuvre de Dante, n’est pas convaincue par la nouvelle traduction d’un texte peu connu du poète, Le Banquet.
Lire la suite…
par Irène Rosier-Catach

À la rencontre de Dante

Averroès apparaît dans La Divine Comédie, au premier cercle de l’Enfer. En se demandant ce qu’il y a d’averroïste chez son auteur, les auteurs du recueil Dante et l’averroïsme conduisent notre regard vers des œuvres moins connues du poète italien.
Lire la suite…
par Marc Lebiez

Autour de Dante

S’il apporte aux questions pointues que pose La divine Comédie des réponses approfondies et convaincantes, le livre de John Freccero a le tort de transformer la poésie de Dante en fastidieuse théologie.
Lire la suite…
par Michel Paoli

Re-re-re-traduire Dante,
et bien

En retraduisant La Divine Comédie, René de Ceccatty, essayiste, romancier, dramaturge, éditeur, assume un rôle créateur et fait des choix radicaux : ils interrogent une œuvre qu’il ne faudrait pas réduire à sa dimension savante et ardue.
Lire la suite…
par Monique Baccelli

Traduire
les rimes tierces

Traduire L’Enfer en tercets est audacieux. Malgré les nombreuses trouvailles qu’il permet, ce parti pris conduit Danièle Robert à sacrifier, au profit de la structure, une trop grande part du texte de Dante.
Lire la suite…
par Michel Paoli