Martin Heidegger

heidegger ruine des lumières lebiez goldschmidt

Heidegger contre Heidegger

Nicolas Weill analyse les Cahiers noirs avec précision et subtilité, montrant qu’on peut y percevoir la nature profonde de la pensée d’Heidegger et son adéquation avec le nazisme.
Lire la suite…
par Georges-Arthur Goldschmidt

De la bêtise en philosophie

Être philosophe n’immunise pas de la bêtise. Pour preuve la manière béate dont la France reçoit la philosophie allemande, l’aveuglement pour les engagements et les fondements de la pensée d’Heidegger et le mépris dans lequel il tient les penseurs et la langue française.
Lire la suite…
par Georges-Arthur Goldschmidt

Noir, Heidegger ?

Alors que les Cahiers noirs de Martin Heidegger devraient paraître à l’automne 2018, les éditions Gallimard publient un ouvrage de commentaire préventif. À partir de cette initiative éditoriale, on peut s’interroger sur le statut de ces textes, sur leur réception et les question qu’ils posent à tout commentateur de l’œuvre du philosophe.
Lire la suite…
par Richard Figuier

Heidegger, encore

Au rythme moyen de deux livres par an, la publication en français des œuvres complètes de Heidegger ne ralentit pas, comme si l’on pouvait continuer ainsi sans que soit posée cette simple question : peut-on encore lire celui qui fut tenu pour le grand philosophe du siècle et dont nous savons désormais que l’antisémitisme était une composante structurelle de sa pensée ?
Lire la suite…
par Marc Lebiez

Martin Heidegger, ruine des Lumières

Le livre de François Rastier, Naufrage d’un prophète, d’une extrême densité, touche d’emblée la substance de la « pensée Heidegger » et fait apparaître sa nature à la fois sommaire et criminelle. Georges-Arthur Goldschmidt l’a lu pour En attendant Nadeau. Marc Lebiez rend compte de deux ouvrages consacrés au philosophe allemand : Heidegger, les Juifs, la Shoah de Donatella Di Cesare et Martin Heidegger : Catholicisme, révolution, nazisme de Guillaume Payen.

Le silence bavard de Heidegger

Au moment où un nouveau parti allemand, l’Alternative für Deutschland, dit vouloir réhabiliter le terme de völkisch (populaire), si profondément compromis dans les années trente, au moment où les Allemands s’interrogent sur leur identité, on ne peut pas dire que le livre de notre ami et collaborateur Georges-Arthur Goldschmidt, Heidegger et la langue allemande soit dépourvu d’actualité. Cela fait longtemps pourtant qu’il rompt des lances avec les disciples français de Heidegger.
Lire la suite…
par Jean Lacoste