Shoshana Rappaport-Jaccottet

Aux lisières du monde théâtral

Marie Étienne, qui a accompagné Antoine Vitez, revient, dans un livre extrêmement sensible, sur ces années passées aux côtés du grand homme de théâtre.

Aimer à perdre la raison ?

Perdre la tête de Bertrand Leclair retrace l’histoire d’un adultère passionnant, d’un imbroglio romanesque, métaphysique.

Venir au monde en exil

À partir de son expérience intime, Silvia Baron Supervielle entreprend une méditation subjective sur l’exil, et l’écart qu’il induit.

Depuis Sidi Bouzid

Une nuit en Tunisie construit un jeu savant autour des possibles dont Perec semble la figure tutélaire, et l’une des constellations.

Memento mori

Le seizième livre de l’écrivaine belge Caroline Lamarche part de la célèbre comptine du cerf pour proposer un texte très frappant sur la violence de l’amour et le fil de la mort.

L’humour de la notation

Joe Brainard s’exerce de façon caustique à une écriture de la vie courante dans ses Journaux traduits pour la première fois en français.

Conversion au réel

Le roman de Marc Pautrel porte comme sous-titre Vie de Jean-Siméon Chardin, soit une vie de peintre dans le lignage littéraire qui court de Vasari à Pierre Michon.

Être pleinement dans sa vie

Les lettres de Tchekhov nous plongent, à la manière d’un journal de bord, dans l’intimité d’un homme obstiné et éclairent une vie passée à désirer le bonheur.

« Ne t’endors pas »

En un enchevêtrement de voix narratives, Tropique de la violence de Nathacha Appanah donne à voir une certaine apocalypse sociale, métaphysique.

Je te donnerai mon cœur

Avec Yeux Noirs Frédéric Boyer traite une énigme, cherchant à saisir la temporalité enfuie, comme le sens enfoui d’une phrase, un jour hors du jour réapparu : « Tu vas me manquer quand tu seras plus grand. »