Jeanne Bacharach

Manuscrits de vie et de mort

L’exposition Manuscrits de l’extrême révèle les traces et les mots laissés dans l’urgence et la nécessité par des mains connues d’écrivains, ou moins connues de femmes, d’hommes ou encore d’enfants.

Petits tableaux de la peur

Dans Un jour, on entre en Étrange pays, de Colette Mazabrard, le récit de la maladie qui touche un « moi » devient peu à peu le récit politique des épreuves et des douleurs des autres.

John Berger au bord du monde

Les éditions L’Atelier contemporain publient deux livres de John Berger, un roman et une conversation avec son fils. La peinture et l’écriture, les mots et les images, y entrent en dialogue.

Toutes lumières éteintes

Un trader retraité se tourne vers son passé. C'est un trajet de mémoire qu’accomplit Neptune Avenue de Bernard Comment.

Joyce Mansour, contre les cadres

La parution de Spirales vagabondes, qui rassemble des textes inédits ou introuvables de Joyce Mansour, permet une nouvelle lecture de cette œuvre protéiforme, entre poésie et peinture, au-delà des genres.

Une histoire de bêtes

Dans Grands carnivores, Bertrand Belin écrit avec humour la peur qui s’installe, mêlée à la rivalité violente entre deux frères.

Quitter les spectres

Pâture de vent, le deuxième roman du poète Christophe Manon explore une mémoire familiale sous la forme d'une introspection lyrique.

Écrire la disparition

La première année, de Jean-Michel Espitallier, est un livre de deuil. Journal poétique de la première année d’absence, il s’approche au plus près de la disparition de la femme aimée