Numéro 42

Désir, dérision : littérature

Olivier Cadiot Histoire de la littérature récente

Olivier Cadiot © Jean-Luc Bertini

Il y a un an et des poussières, Olivier Cadiot publiait le premier tome d’une Histoire de la littérature récente. Aujourd’hui paraît le tome II. Mais pourquoi « récente », alors qu’il cite parfois de très éloignés écrivains ? L’adjectif lui permet de circonscrire la littérature non pas dans le temps, mais à son regard purement subjectif.
Lire la suite..
par Cécile Dutheil

Prix Nobel à Kazuo Ishiguro : deux lectures

Kazuo Ishiguro Nobel

Une lectrice confie à En attendant Nadeau pourquoi elle aime Kazuo Ishiguro, qui vient de recevoir le prix Nobel de littérature.
Lire la suite…
par Laure Laisney

Kazuo Ishiguro Nobel

Les œuvres de Kazuo Ishiguro sont des romans de la nostalgie, même si celle-ci est soigneusement tenue à distance par l’ironie.
Lire la suite…
par Claude Grimal

Les lieux de mémoire font-ils l’Europe ?

Europe Étienne François et Thomas Serrier (dir.), Europa. Notre histoire

Le concept de « lieu de mémoire » peut-il s’appliquer à des « lieux » européens ? Existent-ils ? Sont-ils partagés ?
Lire la suite…
par Jean-Yves Potel

Des tours de la liberté

François Sureau libertés publiques

Le livre de François Sureau pourrait bien devenir un classique de notre histoire politique. Un repère pour ceux que les libertés publiques intéressent, et un avertissement pour ceux qui y portent atteinte à la légère.
Lire la suite…
par Jean Lacoste

Toutes les femmes s’appellent Lawrence

Catherine Millet démontre l’apport de l’œuvre de D. H. Lawrence pour penser la place des femmes dans le monde.
Lire la suite…
par Guillaume Basquin

Angola ou le récit imprévisible

Dans Oui Camarade !, l’écrivain angolais Manuel Rui s’attache dans un même élan à écrire l’enfance dans la guerre et le climax qui permet l’indépendance d’un peuple.
Lire la suite…
par Julia
Peslier

Re-re-re-traduire Dante, et bien

En retraduisant La Divine Comédie, René de Ceccatty, essayiste et romancier, assume un rôle créateur et fait des choix radicaux pour rendre le texte lisible.
Lire la suite…
par Monique Baccelli

Baudelaire, pour toujours notre frère

Marie-Christine Natta, Baudelaire

Charles Baudelaire, peint par Gustave Courbet (1849)

Il n’y a pas moyen d’aimer cet homme-là, il est odieux. Il n’y a pas moyen de ne pas l’aimer, il est trop attachant.
Lire la suite…
par Maurice Mourier

;