Numéro 10

Arts et céramiques

exposition ceramix

Une exposition remarquable, en deux lieux différents : Ceramix. À Sèvres, dans les vastes bâtiments de la Manufacture, rénovée, ouverte à la création contemporaine. À la Bastille, à la Maison Rouge, où, depuis son installation, la surprise est de rigueur. Une ample exposition qui, sur deux cent cinquante pièces, donne à voir les avatars et la vitalité de l’art de la céramique, considéré durant quelques dizaines d’années dans sa révolution continue.
Lire la suite…
par Georges Raillard

Le film n’est pas le cinéma

Michaud cinema film illustration

John Baldessari, Sphinx (1988). Photographies noir et blanc et peinture vinylique, 244 × 228 cm. © John Baldessari Studio

Sur le film, de Philippe-Alain Michaud, propose une lecture rétrospective, non linéaire et décentrée de la pensée filmique telle qu’elle se déploie dans les marges de l’industrie du cinéma. Il s’agit de montrer comment le film, disjoint de l’appareil qui conditionne le spectacle cinématographique, a, en retour de son invention, modifié irréversiblement l’histoire des représentations et agi sur les différents champs des pratiques artistiques.
Lire la suite…
par Guillaume Basquin

Despotisme Abd Rahman Kawakibi

Abd al-Rahmân al-Kawakibi

Propos d’un sage en islam

Les soulèvements populaires de 2011 ont mis en lumière l’aspiration du monde arabe à la démocratie. Certains ont cru déceler dans cette dynamique la seule influence occidentale, ignorant les luttes passées, et la tradition d’une pensée politique critique de langue arabe. Du despotisme, d’Abd al-Rahmân al-Kawakibi, grand notable d’Alep et figure intellectuelle majeure de la fin du XIXe siècle, dans ce monde arabe en révolte contre la tyrannie de l’Empire ottoman, témoigne de la force de cette pensée encore méconnue.
Lire la suite…
par Sonia Dayan-Herzbrun

Voyage vers l’île des morts

spinalonga île des morts

L’île de Spinalonga, au large de la Crète.

Le titre de cette autobiographie, Vies et morts d’un Crétois lépreux, pourra rebuter et son propos sembler par trop anecdotique. Ne vous y fiez pas. Il y a là le récit d’une vie entière de lutte contre le traitement inhumain réservé aux lépreux grecs pendant les années 1930-70. On s’attache vite à la tonalité familière et indignée d’Épaminondas Remoundakis.
Lire la suite…
par Ulysse Baratin

Une nouvelle chronique : petits formats

Petits formats une

Évelyne Pieiller rend compte dans cette nouvelle chronique de six livres de poche : un recueil d’essais de Philip K. Dick, un « polar » d’Antonio Manzini, trois enquêtes du détective Gordanius de Steven Saylor et La rue chaude de Nelson Algren.
Lire la suite…
par Évelyne Pieiller

Mémoire en noir et blanc

Hazan Backouche Paris

5-7-9-111 rue Pastourelle, façades sur rue, photo Nobécourt, samedi 29 mai 1943

« Il n’y a que pendant les guerres que s’élucubre / la démolition des ilôts insalubres. » Ces vers sont de Queneau, dans Courir les rues. Ils pourraient servir d’exergue aux livres récemment parus, qui parlent d’un Paris disparu, ou qu’on s’inquiète de voir disparaître. Une traversée de Paris, d’Éric Hazan, Paris Marais 43, de Patrice Roy, et Paris transformé, d’Isabelle Backouche, sont trois façons de parler des formes d’une ville qui change plus vite, hélas, que le cœur des humains.
Lire la suite…
par Norbert Czarny