Numéro 23

Conter gaiement contre la mort

Eric Chevillard Ronce-Rose

Éric Chevillard © Jean-Luc Bertini

Combien de romans français peuvent-ils se lire d’une traite, comme on lisait autrefois les Histoires comme ça de Kipling ou le Conte de Noël de Dickens ou les Contes du chat perché de Marcel Aymé ou l’incomparable Alice de Lewis Carroll ? Avec Ronce-Rose, Éric Chevillard vient de réussir cet exploit : faire de la grande littérature avec un mixte étrange et fascinant de fable allègre et de thriller funèbre.
Lire la suite…
par Maurice Mourier

C’est l’histoire d’un mec

François Beaune une vie de Gerard en Occident

Une vie de Gérard en Occident, de François Beaune, met en exergue Giono, Rabelais et Coluche. On est souvent très près de ce dernier, question de fidélité à une certaine langue.
Lire la suite…
par Norbert Czarny

Leçons d’apocalypse

Confession de Nat Turner

Le bref texte des Confessions de Nat Turner, meneur d’une insurrection d’esclaves en 1831, riche d’étrangeté, réfractaire à toute interprétation simple, fait naître bien des questions.
Lire la suite…
par Claude Grimal

Tisser sa toile

Laura Alcoba la danse de l'araignée

Laura Alcoba © Jean-Luc Bertini

De La Plata à la Capsulerie, du Sud lointain à la banlieue parisienne, Laura Alcoba suit un chemin. Tout a commencé dans la ville argentine avec Manèges, récit d’une enfance clandestine, entre planques et fausse identité. On était dans les années qui précédaient la dictature militaire et sa répression féroce. Dans Le bleu des abeilles, la narratrice rêvait de la tour Eiffel mais habitait Le Blanc-Mesnil. La danse de l’araignée s’achève en mai 1981, avec une élection en France et une libération en Argentine.
Lire la suite…
par Norbert Czarny

Approche quantitative ou approche qualitative ?

Deux livres récents donnent une extension inattendue à la pensée de la littérature. Le premier, La littérature au laboratoire, (sous la direction de Franco Moretti) l’augmente quantitativement en prenant acte du fait que que les Humanités Numériques offriraient une compréhension plus large et plus détaillée des œuvres et de leur fonctionnement. Le second, Styles : critiques de nos formes de vie, de Marielle Macé, l’étend qualitativement en exposant la façon dont on peut élargir la stylistique de l’art à l’ensemble de l’existence, redonnant ainsi à la littérature sa place centrale dans les sciences humaines, comme elle l’avait dans les années 1960-1970.

Humanités numériques

La littérature au laboratoire, dirigé par Franco Moretti.
Lire la suite…
par Marion Renauld

style_une

Humanité stylistique

Styles : Critique de nos formes de vie de Marielle Macé.
Lire la suite…
par Richard Figuier

Petits haïkus : grands poèmes

basho_une

Lorsqu’on lit un haïku, cette forme poétique très brève et énigmatique, on reste bien souvent « froids ou hébétés comme une poule tombée sur un couteau ». Lire les poèmes de Bashô et de ses émules, au premier rang desquels Sôseki et son élève Torahiko Torada, revient à s’initier à toute une conception du monde, de la langue et de la poésie.
Lire la suite…
par Maurice Mourier

Écrire mozambicain

Le romancier mozambicain de la Confession de la lionne est aussi un grand nouvelliste. Dans ses Histoires rêvérées, Mia Couto traite encore de la guerre, mais pas seulement, en faisant entendre celles qu’il nomme les « voix de la terre », réponse aux blessures de l’histoire.
Lire la suite…
par Pierre Benetti

Trans-figurations

Dans Postscript, Gérard Genette applique, avec une écriture fragmentaire et discontinue qui laisse le champ à une grande fantaisie, une théorie de la littérature qui ne s’interdit pas la digression et l’affirmation d’un talent d’écrivain.
Lire la suite…
par Jean-Louis Tissier

Défendre
son rang

L’ambition de Fanny Cosandey, qui dévoile les enjeux de l’inégalité des statuts et des querelles de préséance, est de mettre à nu les principes fondamentaux de la monarchie absolue et la façon dont ils donnent ordre et sens à la société d’Ancien Régime.
Lire la suite…
par Philippe Hamon

Une longue amitié

Cézanne Zola correspondance

Paul Alexis lisant à Emile Zola, par Paul Cézanne

Paul Cézanne et Emile Zola naquirent l’un en 1839, l’autre en 1840. Ils se connurent au collège d’Aix et restèrent liés toute leur vie, fournissant ainsi l’un de ses plus célèbres exemples d’amitié entre grands artistes.
Lire la suite…
par Claude Grimal

Se souvenir du futur

Haddad premières neiges sur Pondichéry

Hubert Haddad © Nemo Perier-Stefanovitch

Comme Hochéa Meintzel dans Premières neiges sur Pondichéry, nos rêves de paix et de tolérance sont aujourd’hui rattrapés par l’horreur du terrorisme. Au risque de nous isoler dans le deuil et la désillusion. Pour retrouver espoir, Hubert Haddad nous invite à retrouver la puissance des légendes et des récits communs.
Lire la suite…
par Alicia Marty

;