Jean-Luc Tiesset

Un premier roman impressionnant

Le premier roman de la jeune dramaturge allemande Marianna Salzmann se déroule dans une Istanbul interlope, où se diluent lieux, temps, identités.

Un héros positif

Dans L’ombre d’un père, Christoph Hein renoue avec la veine historique de Prise de territoire et offre une fresque où se jouent soixante-dix ans d’histoire allemande.

Un naufrage peut en cacher un autre

À ce point de folie est le premier des romans de Franzobel, best-seller autrichien peu connu en France, à être traduit en français. L'écrivain nous fait partager le sinistre destin des passagers de La Méduse.

La poésie est une arme

Les Poèmes choisis de Volker Braun, intellectuel est-allemand partisan d'une troisième voie entre capitalisme et « socialisme réel », montrent que la poésie peut épouser un engagement de citoyen, après comme avant 1990.

Siegfried Lenz retrouvé

Une escouade de la Wehrmacht perdue dans les marécages, un soldat qui rejoint les Partisans avant de servir le nouvel ordre établi par les vainqueurs soviétiques : un sujet sulfureux pour ce roman inédit du grand écrivain Siegfried Lenz.

Heinrich Böll, bidasse dans la Wehrmacht

On découvre dans les Lettres de guerre d’Heinrich Böll les impressions d’un soldat qui ne sait pas encore qu’il deviendra un des écrivains les plus importants de sa génération.

Présence allemande en Roumanie

La Roumanie abritait une minorité germanophone, qu'évoquent un roman de Christian Haller et des poèmes de Selma Meerbaum, miraculeusement sauvés de la destruction.

La vie derrière soi

Près de mille pages, une chronologie discontinue virtuose, un élan narratif considérable, une invention formelle permanente : Frank Witzel signe une fresque qui ne choisit jamais entre sérieux et loufoquerie.

Des bêtises contre la bêtise

Till l’espiègle, les héros d’Erich Kästner, Max et Moritz ou le Stuwwelpeter se servent des bêtises des enfants pour se libérer vigoureusement des conformismes.

Être et avoir été

En revenant sur son adolescence, l’écrivain suisse Alain Claude Sulzer semble vouloir dépasser le strict cadre du récit autobiographique.