Numéro 20

Destinée sentimentale

François Mitterrand et Anne Pingeot, devant l'Acropole, à Athènes.

François Mitterrand et Anne Pingeot, devant l’Acropole, à Athènes

De François Mitterrand, comble de personnage public, viennent de paraître deux ouvrages qui forment une correspondance stupéfiante avec celle qui était sa seconde femme, Anne Pingeot : un impressionnant volume de lettres, accompagné par leur contrepoint, un journal paradoxalement moins intime, pêle-mêle de pensées notées et d’images découpées en souvenir de moments partagés. Cet imagier dense et coloré révèle davantage le politicien, l’homme qui enchaîne les réunions, les rencontres, sillonne le terrain, la lenteur, la patience et l’endurance nécessaires pour devenir président.
Lire la suite…
par Cécile Dutheil

Parler ou ne pas parler l’arabe

Leïla Sebbar et son père en Dordogne, en 1991

Leïla Sebbar et son père en Dordogne, en 1991

La somme des écrits de Leïla Sebbar, française née à Aflou d’un père arabe et d’une mère chrétienne, « française de France », tourne autour du problème de l’exil mais aussi de ceux du rétablissement et de l’authenticité. Je ne parle pas la langue de mon père est un beau livre, émouvant dans sa retenue, admirable d’écriture, qui touche au plus profond ceux qui vibrent d’un cœur transplanté.
Lire la suite…
par Albert Bensoussan

Aux origines du christianisme

Ignace antioche

Le martyr d’Ignace, troisième évêque d’Antioche, au début du deuxième siècle, dans le manuscrit du Ménologe de Basile II (vers l’an 1000)

En mettant sur le même plan des livres sacrés comme ceux de la Bible et des écrits considérés comme apocryphes, la Bibliothèque de la Pléiade incite le lecteur à les considérer tous comme de même nature, désacralisée, et à porter sur eux le regard distancié de l’historien des idées religieuses. C’est encore plus net quand sont rassemblés des textes de toute sorte dont l’unique point commun est d’avoir été écrits par des chrétiens des deux premiers siècles.
Lire la suite…
par Marc Lebiez

Et aussi…

Intelligente et solidaire

Dans ses entretiens-mémoires, Julia Kristeva fait moins le récit factuel de son existence qu’elle n’en précise la conduite, les fidélités, la liberté. Le lien entre théorie et vie intime, qui est une des puissances de son œuvre, est ici précisé et donne une profondeur à la pensée.
Lire la suite…
par Tiphaine Samoyault

L’outre-monde de Bodor

Ádám Bodor met en scène une fable où se rencontrent l’humour grinçant d’un esprit facétie, le goût du non-sens d’un héritier des néantistes et un certain désenchantement dont nous savons, depuis Magris, qu’il est une forme ironique et aguerrie de l’espérance.
Lire la suite…
par Linda Lê

Briser les chaînes du passé

Dans Nora Webster, un roman tendre et grave, mêlant aux emprunts à sa propre vie les échos angoissants des « Troubles » d’Irlande du Nord, Colm Tóibín, auteur de Brooklyn, peint le portrait d’une femme qui se libère des entraves du passé et des contraintes de son environnement.
Lire la suite…
par Claude Fierobe

Toutes les nuances du rouge

Valloton Pastoureau rouge

Félix Vallotton, La Chambre rouge, 1898. Lausanne, musée cantonal des Beaux-Arts.

Quinze mille ans avant notre ère, à un ou deux siècles près, les peintres d’Altamira ont utilisé l’hématite et les bosses de la paroi pour représenter un troupeau de bisons au fond d’une grotte sombre. Ici commence l’histoire de la teinte rouge qui est, nous dit Michel Pastoureau dans Rouge. Histoire d’une couleur, la couleur par excellence, synonyme dans diverses langues de lumière et de beauté. Ainsi, l’esplanade de Moscou s’appelle « place Rouge » non à cause de la couleur brique des bâtiments mais parce que c’est la plus belle place de la ville.
Lire la suite…
par Dominique Goy-Blanquet

Paracelse, l’infréquentable

paracelse

Portrait présumé du médecin Paracelse (1493-1541), copie anonyme du XVIIe siècle d’après un original perdu de Quentin Metsys, musée du Louvre, Paris.

Paracelse, de son vrai nom Theophrast Bombast von Hohenheim, est l’un des personnages les plus controversés de la Renaissance. En médecine, ce Suisse fut un précurseur souvent génial, posant avant l’heure les bases de l’homéopathie et devançant Mesmer dans l’utilisation d’une thérapeutique magnétique. Mais l’homme de son temps, avide de découvertes, est aussi le continuateur d’une tradition plus secrète de l’Occident, cheminant en quelque sorte sous le boisseau des doctrines officielles.
Lire la suite…
par Alain Roussel

;