Littérature étrangère

Femmes puissantes

Écrit par Naomi Alderman en 2016, avant le phénomène #MeToo, Le pouvoir est un roman dystopique qui pose entre autres la question des rapports entre les homme et les femmes.

Sur les sentiers de la guerre et du bonheur

Thomas McNulty, fuyant la grande famine irlandaise de 1845-49 s’embarque pour l’Amérique. Il y survit comme « danseuse » dans un saloon de la Frontière puis comme soldat dans la guerre contre les Indiens et contre le Sud. Un conte atroce et charmant de Sebastian Barry.

Un être libre

Des jours d’une surprenante clarté, le dernier livre d'Aharon Appelfeld, fait doublement écho à son précédent, De longues nuits d’été. On y retrouve les chemins et les routes, la nature, mais cette fois-ci le héros, Théo, marche seul à travers les collines, pour rester dans les hauteurs.

L’Europe du Nord au temps de Napoléon

Durant l’été 1805, Johann Gottfried Seume voyage à pied entre le Saint-Empire romain germanique, qui vit ses derniers mois, la Russie et la Scandinavie. L'intérêt de son récit de voyage ne s’est pas émoussé au fil des années.

La ville qui n’existe presque plus

Livre posthume, paru en 2016, deux ans après la mort de Paulo Barbaro, Les deux saisons est une œuvre à double face qui évoque l’arrière-saison d’un amour et celle d’une vie.

Entretien avec André Aciman

Alors que le film Call Me By Your Name de Luca Guadagnino triomphe, EaN s’entretient avec l’auteur de ce livre puissant sur la passion, le désir, le sexe, la manière dont on s’en dissimule le pouvoir à soi-même.

Paul Beatty, du dur et du comique

Tuff, de Paul Beatty, raconte l’histoire de Winston « Tuffy » Foshay, jeune délinquant de Spanish Harlem, qui se lance dans la campagne pour un siège au conseil municipal new-yorkais.

Kafka revisité

Cette édition des Derniers cahiers de Franz Kafka permet de constater une fois encore que ce qu’il écrit est à ce point clair, qu’on en reste littéralement bouche bée, cloué, désemparé.