Jeanne Bacharach

L’attente recommencée

L’attente du soir, premier roman de Tatiana Arfel, reparaît en format de poche. L’occasion de redécouvrir ce texte d’une grande force poétique, de se laisser envoûter par un livre qui porte les ferments d’une œuvre atypique.

Confusion primitive

Chaos s’emploie à donner une forme esthétique à la folie. La langue poétique de Mathieu Brosseau brouille les frontières entre le masculin et le féminin, l’animal et le végétal, l’humain et le monstre.

Déroutes polyphoniques

Yanick Lahens nous plonge avec Douces déroutes dans la ville de Port-au-Prince pour suivre plusieurs destins, tous hantés par l’assassinat politique d’un juge.

Sur le fil

Dans Un funambule, Alexandre Seurat nous emporte dans les méandres de la vie intérieure d’un homme qui se tient, tout au long de ce court récit, sur le fil, au bord du vide.

Police de l’imaginaire

Au centre de la couverture blanche glacée, les lettres vertes et bleu ciel se dessinent, fragiles dans le vide. La police « Courier » place la lettre et la question de l’écriture au centre du texte de Gertrude Stein.

Des hauts et des bas

Dans Encore vivant, Pierre Souchon tisse un lien très fort entre son histoire personnelle, la maladie psychiatrique qui la bouleverse, et le passé de sa famille paysanne.

Limoges, ville natale

Après un beau récit consacré à sa sœur, Pascal Herlem poursuit l’investigation de sa propre vie, qui fait d’un rapport poétique au passé le moteur du récit.

Faire volte-face

Les nouvelles d'Hélène Lenoir marquent par une efficacité narrative et une suspension du sens qui persiste longtemps après leur lecture.