Gabrielle Napoli

La fin du monde, parodie

Avec La fin du monde n’aurait pas eu lieu, Patrik Ourednik invite le lecteur à une réflexion sur l’histoire et ses discours, tout en tissant une réflexion, doucement ironique, sur la création littéraire.

Abel et Caïn

Légende, de Sylvain Prudhomme, est à la fois hors du temps et pris dans l’enchaînement des événements et des éléments contre lesquels il semble impossible de lutter.

Tout le vingtième siècle

L’écrivain allemand Reinhard Jirgl, à l’occasion de la parution en français de son roman Le Silence accorde un entretien à EaN, dans lequel il revient sur sa volonté de faire de l’histoire allemande du vingtième siècle un roman total.

Un père fatigué

Dans Le bon fils, de Denis Michelis, un personnage a pour mission de devenir le nouveau père du personnage principal, le mauvais fils, et de le transformer en bon fils. Peut-être va-t-il également se charger de transformer le « vrai » père en homme enfin épanoui.

La femme formidable

L’ancrage dans la réalité française contemporaine donne au propos des Sorcières de la République toute sa force dans la mesure où le lecteur identifie parfaitement le contexte et se laisse ensuite d’autant mieux entraîner dans l’imaginaire débridé et foisonnant de Chloé Delaume.

Un homme parmi les ombres

Manuel d’exil, de Velibor Čolić, retrace le parcours d’un homme qui arrive lesté d’une histoire qu’on ne veut pas entendre, mais qui déborde de désir, sur une terre qu’il ne connaît que par ses écrivains, et qu’il va s’approprier principalement par l’écriture.